•  

    Et si seulement......... de Daniel Lapierre

     

     

     

    Catégorie : Roman Littérature

    Résumé :

    « − C'est si bon de dormir, n'est-ce pas ?


    − Je ne dormais pas...

"

    C'est vrai, je ne dormais pas. Je ne pensais pas non plus et cette léthargie, je le confesse, avait quelque chos

    de
 délicieusement tiède et agréable d'où j'avais envie de sortir avec mauvaise humeur. Ce n'est pas une

    infirmière, ni une aide soignante ; elle ne porte pas la blouse. Une femme mûre, brune, les cheveux à peine

    grisonnants aux tempes et tirés en chignon sur la nuque. Elle ne se teint pas; peut-être qu'elle s'accepte. Et

    elle n'a pas tort. La cinquantaine, avec un rien de distinction naturelle, en partie due à un sobre tailleur gris.

    Je ne l'ai jamais vue ici ni ailleurs. Une brusque pensée avortée, trop rapide pour être douloureuse, me fait

    baisser les yeux sur sa poitrine : elle ne porte pas l'insigne de la croix. C'est le gris qui m'y a fait penser

    soudain dans ma demi-conscience. Non, le moment n'est pas encore venu.

    − Qui êtes-vous ? »

    Hélène Dacourt est hospitalisée, et pendant sa convalescence, elle fait la rencontre de Marie-Anne, une

    bénévole venue réconforter des personnes n’ayant pas de visite.

     

     

    Un véritable coup de coeur ! C'est un récit magnifique qui fait réfléchir sur le sens de la vie, sur les choix

    et les erreurs que nous faisons..... Les deux personnages principaux sont Hélène et Marie-Anne. l'histoire se

    déroule dans un hôpital. Marie-Anne est bénévole et Hélène est malade, au fil des pages une vraie

    complicité, puis une amitié sincère s'instaurent entre les deux femmes. Personnellement, j'ai ressenti une

    véritable empathie pour Héléne, qui au départ rejette Marie-Anne, mais elle va tout doucement se laisser

    apprivoiser. Ce roman m'a touchée profondément, nous ne pouvons pas rester insensible à ce que L'auteur

    Daniel LAPIERRE arrive à nous transmettre. De nombreux sentiments sont décrits à travers cette

    oeuvre. J'ai fermé le livre en me disant :"La vie est belle alors n'attendons pas qu'il soit trop tard pour vivre

    ce que nous avons à vivre". D'autre part, il y a des passages humoristiques et des passages très poignants.

    J'ai terminé la lecture la gorge serrée et les larmes au bord des yeux, mais finalement c'est une formidable

    leçon de vie ! A lire sans modération !

     

    Extraits :

    "Toute manifestation de la pensée est digne d'intérêt, jusqu'à la fin. Je suis là pour ça. Du moins, j'essaye.

    Et ce n'est pas chose facile.

    - Je veux bien le croire."

     

    "J'ai toujours détesté le mensonge, sans doute parce que ceux qui ont fait un bout de chemin avec moi,

    accidenté ou non, ne cessaient jamais de fabuler pour me tromper. Et ça marchait presque toujours....."

     

    "Ses questions m'agacent. Mais que ferais-je à sa place ? Je ne lui ai pas signifié de sortir ; alors...."

     

    "Vous êtes en train de vous demander si vous devez continuer à vous adresser à moi comme à une 

    femme normale. Ou alors, avec des précautions infinies pour ne pas mettre le feu au délire.... Vous

    vous demandez si je ne suis pas folle au fond, réellement, sous une comédie de bon sens ?

    - Mais non, Hélène, je vous rassure. Il me semble au contraire qu'il y en a peu aussi lucide que vous."

     

    "Il y a des gens, très peu, avec qui l'on se sent bien à parler, parce qu'ils vous écoutent sans jugement, sans

    présupposé."

     

    "- Allô !

    - Hélène ?

    - Oui ?

    - C'est Mara. Je viens aux nouvelles. Ca va ? Tu es peut-être déjà à table ?

    - Oui, c'est cela, dans la salle de restaurant. Mais non, bourrique, ne rêve pas ! "

     

    "C'est bien elle, je l'aurais parié. A force de vouloir très fort les choses, surtout inconsciemment, elles

    finissent par se produire. Il faut dire aussi que je ne souhaite que du possible. Je ne crois pas au miracle,

    au moins pour moi."

     

    "- Comment pouvez-vous penser cela, Hélène ? Il me semble, en vous écoutant, que je suis avec une amie

    de longue date. Et puis, vous avez un tel talent de conteuse ! Je ne suis pas surprise, vous savez,  que vous

    ayez eu envie d'écrire ! savez-vous ce que je pense, depuis un moment, en vous écoutant ? C'est qu'il est

    dommage que tout cela s'éteigne avec les mots."

     

    "- Oui vous avez raison. Votre présence, votre amitié me manque de plus en plus souvent. Voyez de quelles

    contradictions la vie est faite !"

     

    "Je suis bien sûre que je n'ai pas pris froid. Pour me rassurer, l'interne m'a dit que ce sont des symptômes

    classiques."

     

    "Mon esprit oublie un moment les douleurs du ventre et me rappelle le brave pape  Boniface de Daudet,

    un petit coup de châteauneuf dans le nez et se trémoussant sur sa mule.

    Une voix en moi est en train de me dire :"Hélène, tu vas trop loin, cette voix neutre de la sagesse et que je

    joue avec le feu, moi, celui de l'Enfer. Je m'en veux d'ironiser sur les pratiques et les croyances religieuses.

    Je me dis que ce n'est pas le moment de ce mettre mal avec le Bon Dieu."

     

    "Je raccroche l'appareil sur ces mots, tout étonnée de me sentir envahie soudain de tristesse, la carapace de

    l'humour devenue inutile. Une noire tristesse qui me fait repousser ma table et le reste de mon repas. Je

    n'y toucherai plus. Je ne veux pas me plaindre de mon amertume soudaine."

     

    "Disons : des techniciennes de la maladie, même si je n'aime pas le mot et s'il ne recouvre souvent bien

    plus de bonne volonté et d'empirisme que de science. Et puis les sentiments ne sont guère compatibles

    avec les soins. Dans ce milieu, le trop humain doit-être une gêne."

     

    "- Chère petite Hélène, vous êtes très courageuse.

    - Non, je ne crois pas. Qu'est-ce que vous voulez que je fasse d'autre ? Que je sanglote du matin au soir

    sur mon sort ? Que je hurle pour qu'on me plonge dans le coma ? Non, merci.... Vous voyez, je suis

    encore capable de vous entendre et de vous parler. Les cordes vocales, Dieu merci ! Ce n'est pas ce qui

    exige le plus d'énergie."

     

    "Quelque chose m'irrite dans la façon de parler de la majorité des personnels. Une espèce de condescendance

    affectueuse, comme s'ils n'avaient que des gens séniles à soigner ou des enfants en bas âge. Et tous sur

    un ton identique ! Une espèce de maternage humiliant. J'ai presque envie de lui demander de me parler

    de la même façon qu'il s'adresse à la maîtresse de ses enfants, lorsqu'elle l'a convoqué pour une question

    scolaire."

     

    "J'ai manqué d'humour, je le sens bien. Je deviens plus aigre. Je n'y peux rien. Ou je n'ai pas envie d'y 

    remédier. Ca doit être l'acquis sociale qui fiche le camp."

     

     

     


    1 commentaire
  • Catégorie : Roman Gay

    Résumé :

    J'inspire.

    J'ai 29 ans et un grand-père à charge, un sexappeal de batracien, un voisin barbu et

    tatoué dans ma ligne de mire, j'écris des vannes franchouillardes pour survivre, et

    mon ex refait sa vie avec un cadre bancaire gogo dancer. Drôle, tendre et émouvant,

    Nicolas Robin est le plus bel OVNI de la littérature gaye.

     

     

     

    Le titre du roman résume le sentiment que j'ai ressenti en lisant ce livre, mais pas dans

    le bon sens du terme ! Au début, j'ai trouvé que ce roman était plein d'humour et je me

    suis dis, cela va me plaire. Au final pas du tout, je n'ai réussi à m'attacher à aucun

    personnage. L'histoire ne m'a pas accroché une seule seconde. Hormis de très belles réparties

    mais selon moi, utilisées à outrance. A un moment donné, cela perd tout son charme.

    Comme le dit si bien le résumé Nicolas Robin, L'auteur est un OVNI dans l'univers de

    la littérature gay. C'est exact,  mais dans mon cas cela n'a pas fonctionné. A la longue

    cela devenait lassant. Très peu pour moi ! Drôle, oui je ne dis pas le contraire mais

    je n'ai pas trouvé le côté tendre et encore moins émouvant. Un homosexuel mal dans

    sa peau qui se plaint tout le long du roman. La trame aurait dû être plus étoffée, pour

    que le lecteur puisse y trouver davantage d'intérêt. Là au contraire j'ai eu l'impression

    de tourner en rond et les blagues de potage finissent par ne plus faire l'effet escompté.

    En un mot Décevant et carrément énervant !

     

    Extraits :

    "A un carrefour de ma vie où j'essaie d'être à la hauteur d'un futur trentenaire, Thierry

    m' expédie six pieds sous terre."

     

    "J'inspire. J'ai 29 ans, des doutes concernant mon physique, le renouvellement de mon

    CDD et la santé mentale de mes collègues. Je doute, donc je suis. Et, au fait, où est la

    sortie de secours dans ce bâtiment ?"

     

    "- Eh ben ça commence bien. J'inspire j'ai 29 ans, un chat de gouttière au pied de mon lit,

    je perds les mecs au Monoprix et je dors avec un vieux. Si dieu existe, il a un sens de

    l'humour très particulier, à la limite du super tragique."

     

    "- Mais tu as un mec depuis quelques jours ? Y a quelqu'un chez toi, non ?

    - C'est mon grand-père ! Je vais avoir 30 ans et je suis en colocation avec un vieux et

    son chat débile."

     

    "Jean-Louis exprime quelque chose du genre :"tu as remarqué que le vieux a pété une

    durite ?" Je suis au chômage, j'ai un grand-père à côté de la plaque et je communique

    par télépathie avec un chat".

     

    "T'as dû lui en faire voir de toutes les couleurs avec ta théorie sur le sexe ; t'as dû le

    tromper avec des Mexicains, des Albanais, des Ukrainiens.

    - Non.

    - Alors, pourquoi il est parti ?

    - Parce qu'il est mort."

     

    "Dans cette cuisine, un névrosé en cache un autre et ils ne peuvent pas s'aider, alors je

    quitte cet appartement en emportant avec moi le paquet de cacahuètes."

     

    "Je dois être masochiste ou quelque chose de ce genre. Assis entre l'objet de ma convoitise

    et l'objet de mon regret, je risque de finir chez un psy avec une facture salée."

     

     

    Chalenge contre l'homophobie "Super tragique" de Nicolas Robin


    votre commentaire
  • Catégorie : Roman Erotique

    Chalenge 100 % Romances Erotiques  Lui succomber de Jasinda Wilder

    Résumé :

    Toi et moi ? Ça finira sans doute mal. Je vais certainement souffrir. Mais tu sais quoi ? Je m’en

    fous. C’est un risque que je suis prête à prendre. »
     

    À dix-huit ans, Kylie vient d’entrer à l’université. Mais malgré son caractère bien trempé,

    l’adolescente reste fragile. Lorsqu’elle tombe sous le charme ténébreux d’Oz Hyde, un garçon

    au passé trouble et à l’avenir plus qu’incertain, la catastrophe semble inévitable. Les deux

    adolescents se jettent pourtant à corps perdu dans la passion brûlante qui les unit. Sauront-ils

    s’arrêter avant d’être brisés à jamais ? 

     

     

    Chalenge 100 % Romances Erotiques  Lui succomber de Jasinda Wilder

     

    Que penser de ce troisième volet de la Trilogie de Jasinda Wilder ? Je  vais   

    dire que la magie n'a pas opéré, parce que l'histoire s'essouffle un peu quand

    même...  Dans un premier temps je me suis demandée de quels personnages, cette fois-ci

    l'auteur allait nous parler ? Et en réfléchissant bien, son choix est logique. Il s'agit 

    encore une fois de deux personnes fragiles, l'une est adolescente et ne connait rien de

    la vie et l'autre est un garçon paumé ayant eu un passé difficile. Ces deux êtres vont

    inévitablement se rencontrer. Kylie est-elle sûre d'avoir fait la bonne rencontre ? Est-ce que

    Oz Hyde peut la rendre heureuse ? Leur relation peut-elle vraiment aboutir à quelque

    chose de sérieux ? Kylie peut-elle grâce à son amour venir en aide à Oz qui est 

    toujours en souffrance ? Rien n'est sûr,  ils ont été élevés dans des milieux totalement

    opposés. L'amour sera-t-il plus fort pour gommer leurs différences ? Ce qui est indéniable,

    c'est que malgré un récit qui se répète, les protagonistes sont une fois encore attachants.

    C'est peut-être l'ingrédient qui donne envie de terminer le livre. Cependant j'ai ressenti

    une certaine lassitude..... Trop de faits se ressemblent d'un opus à l'autre. Je ne regrette

    pas de l'avoir lu mais il arrive un moment où il faut y mettre une fin, voilà c'est chose

    faite et il était temps !

     

    Extraits :

    "Ce n'est pas mon rôle de lui dire que Ben est amoureux d'elle. Elle comprendra toute 

    seule, ou pas, mais m'en mêler ne servirait à rien. Du moment que personne ne lui

    fait du mal, sa vie amoureuse, ça la regarde."

     

    "- Non. T'as pas envie. Tu n'as pas la moindre idée de pourquoi je suis comme je suis."

     

    "- Tu sais vraiment pas dans quoi tu t'embarques avec un mec comme moi."

     

    "C'est la vie que tu veux ? Elle se passe la main dans les cheveux.

    - Non. Mais tu peux être bien plus que ça Oz."

     

    "J'en ai envie depuis un bon moment. Mais je voulais que ce soit la bonne personne."

     

    "Non, monsieur. Il ne s'agissait pas de vouloir mourir, ni d'en finir avec la vie. Il s'agissait juste

    de... me brûler. Ca repoussait d'autres sentiments, des choses que je ne voulais pas affronter."

     

    "Et cette sensation que quelque chose va arriver. Je ne sais pas quoi et je ne sais pas quand.

    Mais, le pire de tout... c'est que je crois que je ne pourrai rien y faire."

     

    "- Ouais, et tu sais quoi ? T'as raison. Je la mérite pas. Je l'ai jamais méritée et je la

    mériterai jamais. Mais devine quoi ? C'est moi qu'elle a choisi, mon pote. Pas toi."

     

    "Je lutte pour m'accrocher à elle, à sa chaleur, à la réalité, à la vie."

     

    "Essaie de te mettre à sa place juste une seconde. Il est amoureux de toi depuis très, très 

    longtemps. Et puis d'un coup, tu es avec quelqu'un d'autre, et ça le frustre."

     

    "Tout ça, s'était trop pour lui. Mon frère s'est suicidé. Un 9 avril. Il s'est pendu."

     

    "Tu dois décider si tu l'aimes assez pour la laisser partir."

     

    "Ca me fait mal de te voir avec lui. Ca me met en colère, ça me rend dingue et jaloux,

    et je ne sais pas comment m'arrêter."

     

    "- Je ne m'enfuis pas. Je te laisse partir."


    2 commentaires
  •  

     Septembre 2015 Atelier Lady Marianne N° 35

     

     Septembre 2015 Atelier Lady Marianne N° 35

    Consignes :

    Je vous propose 10 lettres variété de poire qui murit précocement.

    A E E O R J G L L N

    J A R G O N  E L L E

     

    Atelier Lady Marianne N° 35

    Mes mots

    RANGER    GAREE  RONGEE  ALLEE  ANGLE

     

    Mon texte

    Aujourd’hui est une journée un peu spéciale. En effet, depuis peu de temps je fréquente Jérôme. C’est un

    homme charmant, prévenant, drôle. Il représente l’homme idéal ! Il doit passer me chercher dans une heure. Il

    est temps de ranger un petit peu la maison avant son  arrivée, il faut dire que je suis bordélique et je ne veux

    pas donner une mauvaise image de moi. Je m’affaire à la tâche sans plus attendre. Nous avons prévu d’aller

    manger dans un restaurant très réputé. Je suis vraiment gourmande mais je fais attention à ma ligne.

     

    Cependant, pourquoi ne pas se faire plaisir de temps en temps. Me voilà enfin prête, il est onze heure trente,

    mon amoureux ne va pas tarder…. C’est alors que je regarde par la fenêtre et  vois sa voiture garée dans

    l’allée. Je me précipite et lui saute au cou. Ce n’est pas tout cela, mais il faut nous mettre en route. Notre

    réservation est prévue pour douze heures trente mais ce n’est pas tout prêt. Pour gagner du temps Il connait

    un raccourci et s’engage dans un petit chemin bucolique très étroit. Prudence, un camion arrive en sens

    inverse. Il va falloir manœuvrer habillement. Le problème, pour reculer et laisser suffisamment de place à

    l’autre véhicule pour passer, il faut que nous soyons très attentifs car malgré tout, il y a un angle   mort. Ouf

    le plus dur est fait, notre choix n’était tout compte fait pas très judicieux. Nous voilà enfin arrivés à

    destination. Ce restaurant est splendide, un décor recherché, original à vous couper le souffle. Assis à table, la

    serveuse nous apporte la carte. Nous choisissons tous les deux un menu Toutefois, mon regard se porte sur

    les fameux desserts. Je vois une tarte aux poires jargon elle. elles sont excellentes, juteuses à souhait. C’est

    une variété qui murit  précocement.un serveur vient prendre nos commandes, et je m’empresse de lui dire que

    je suis impatiente de goûter cette fameuse pâtisserie, spécialité de la maison. Nous passons notre repas à

    discuter, à essayer de nous connaître davantage. Le temps passe vite et nous devons partir. Je dois dire que cet

    endroit, ne déroge pas à sa réputation. Leur dessert  est fabuleux et je compte bien y retourner. Je leur ai

    demandé la recette mais bien sûr celle-ci reste secrète. Jérôme me ramène tranquillement chez moi. Nous

    avons passé un merveilleux moment ensemble. Nous convenons de nous téléphoner pour nous revoir très

    rapidement. Je suis ravie, du petit programme que mon compagnon a concocté et je ne demande qu’à le revoir

    très vite !

     Septembre 2015 Atelier Lady Marianne N° 35

    A bientôt  © Pat Pépette

     

     


    2 commentaires
  • Catégorie : Romance érotique

    Chalenge romans 100% romans érotiques

    Résumé :

    "Jason Dorsey est la dernière personne sur terre que je m'attendais à avoir au téléphone..."

     

    Rejet par Nell, Jason, la star de l'équipe de l'équipe de football du lycée, se rabat sur la

    timide et bégayante Becca. Celle-ci a du mal à croire qu'elle va passer la soirée avec ce garçon

    qui obsède ses pensées depuis toujours. Il est si populaire, et elle, si transparente.....

    Aucun d'eux ne se doute encore qu'ils s'apprêtent à vivre une romance des plus torrides.

    Mais les années d'insouciance sont bientôt rattrapées par l'alcoolisme du père de Jason

    et la schizophénie du frère de Becca.

    Entre la fièvres des premiers émois charnels et les épreuves de la vie, leur passion

    résistera-t-elle ?

     

     

    Chalenge romans 100% romans érotiques

     

    En commençant à lire ce deuxième tome, faisant suite à "Te succomber" j'ai eu un peu

    peur. L'auteur nous parle de deux personnages brièvement croisés dans le volume 1.

    Je me suis dis :"c'est reparti avec Jason et Becca mais je vais revivre la même histoire".

    Je partais donc très perplexe ! Très rapidement, au fil des pages, j'ai changé d'avis.

    J'y ai découvert à nouveaux des personnages dès plus attachants, J'ai plongé dans 

    leur quotidien, leurs amours, leurs études, leurs projets, les drames dont ils ont dû

    faire face à leur tour. Plus j'avançais dans le roman plus j'ai trouvais que le fait d'avoir

    mis en scène, ses deux protagonistes déjà présents dans le précédent livre, ne posait

    aucun problème. L'auteur nous démontre que même jeunes, les héros du roman doivent

    apprendre à se débrouiller seuls face à l'adversité. A tout âge, la vie n'est pas un

    long fleuve tranquille.... 

    En conclusion je dirai qu'une fois mes petites appréhensions du début dépassées, ce 

    nouvel opus m'a autant plu que le premier. Je m'apprête donc à lire le dernier volume

    de cette trilogie et suis curieuse d'en connaître le dénouement final ?

     

    Citations :

    "Kyle était la seule personne, avec ma mère, à savoir que mon père me battait. Mais je lui

    avait fait promettre de ne jamais rien dire à qui que ce soit. Le dire n'aurait servi à

    rien puisque mon père était capitaine de la police municipale."

     

    "- Je suis déjà dans ton lotissement, donc tu peux me dire laquelle de ces maisons et la 

    tienne et je passe te prendre, qu'est-ce que tu en penses ? Je t'expliquerai toute cette

    histoire alambiquée autour d'un dîner."

     

    "C'est un putain de tyran, de dictateur. Je le déteste, putain."

     

    "Il faut continuer à descendre sans lâcher, jusqu'à ce que ta main soit sur la cale. Je

    me suis presque cassé la cheville, la première fois que j'ai fait comme toi."

     

    "Je n'y crois pas. Tu es différent, Jason. On peut choisir qui on est."

     

    "- Je ne veux pas que tu te sentes obligée à quoi que ce soit, Jamais. C'est juste que...

    j'ai toujours envie d'aller plus loin avec toi. C'est comme si j'étais affamé, d'une certaine

    façon. Je veux t'embrasser encore, te toucher encore. C'est dangereux, comme tu l'as

    dit. J'ai l'impression que t'es une drogue, et que je suis en train de devenir accro."

     

    "Si j'en parle, qu'est-ce qu'il va se passer ? La DASS va venir me chercher et me placera 

    en foyer d'accueil ? D'après moi, il y a des chances pour que ça finisse mal, voire pire.

    Et puis il se lâchera sur ma mère, parce que je serai plus là, et elle non plus elle ne

    dira rien, et elle ne partira pas."

     

    "- Je ne vous aime pas, monsieur Dosey. Vous m'avez l'air d'une brute, et je ne suis pas

    convaincu que vous n'ayez pas une mauvaise influence sur ma fille."

     

    "Une larme coula malgré moi le long de ma joue. J'étais incapable de bouger, de respirer."

     

    "Elle n'avait jamais, dans les presque cinq années qu'on avait passés ensemble, été

    en retard pour quoique ce soit. Elle ne disait plus un mot à ce stade."

     

    "J'étais enceinte. Je le savais. Je n'avais pas fait de test, je n'avais pas vu de médecin, 

    mais je le savais."

     

    "Oui on en a parlé. Nous ne sommes pas officiellement fiancés, mais nous allons nous

    marier."

     

    "Il tenait le micro d'une main et attira Nell de l'autre. Il baissa les yeux vers elle et eut

    un immense sourire.

    - Vous voyez elle vient de m'annoncer, il y a une minute, qu'on allait avoir un bébé."

     

    "On aurait dit un personnage de dessin animé, avec ses immenses yeux vert qui 

    s'ouvraient et se fermaient constamment. Son nom, Kylie, était brodé au fil vert sur

    le revers du tissu."

     

     


    9 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires