•  

    Bilan d'une quinquagénaire de Frédérique Viol

    Item : Beauxbâtons - Un livre dont l'auteur est français 30 points

    Titre : Bilan d'une quinquagénaire

    Auteur : Frédérique Viol

     

    Bilan d'une quinquagénaire de Frédérique Viol

    http://patpepette.eklablog.com/bilan-d-une-quinquagenaire-de-frederique-viol-a131598498 


    votre commentaire
  •  

    Les enfants de Gayant de Emmanuel Prost

    Catégorie : Roman de terroir

     

    Les enfants de Gayant de Emmanuel Prost

    Résumé :

     

    La Grande Guerre terminée, Hélène, infirmière au Val-de-Grâce, se rend au chevet de sa mère, qui lui confie

    dans un dernier soupir qu'elle n'est pas sa vraie génitrice. Son père, Joseph, lui relate alors l'aventure de sa

    naissance, d'une mère internée dans un asile et morte dans un incendie. Embauchée à l'hôpital de Douai,

    Hélène fait la rencontre de Stéphane Lacasse, un copain d'enfance, mineur et tout juste de retour du front : le

    coup de foudre est réciproque. Lors d'une réunion pour la reconstruction des géants de Douai, les Gayant,

    Hélène, accompagnée de Stéphane, effraie un homme, Auguste Bellecourt, généreux donateur, qui croit voir

    en la jeune femme une revenante. Piquée au vif après ces deux aventures troublantes, Hélène décide de mener

    l'enquête…

     

    Les enfants de Gayant de Emmanuel Prost

     

    Je remercie les Éditions De Borée de m'avoir permis de découvrir ce roman très intéressant. J'avais lu

    précédemment « Été 48 » d'Emmanuel Prost qui avait été un très beau coup de cœur. L'auteur nous

     ramène une nouvelle fois dans le Pas-de-Calais. La Grande guerre est sur le point de se terminer, dans

    un premier temps nous sommes plongés alternativement d'un chapitre à l'autre entre les soldats engagés

    dans cette guerre épouvantable et l'histoire d'Hélène, une jeune infirmière travaillant à l'hôpital du

    Val-de-Grâce au service des « Gueules cassées ». C'est ainsi que l'on appelait les grands blessés totalement

    défigurés. La paix sonne enfin le glas, commence alors une longue période de reconstruction. Comment

    se remettre psychologiquement d'une telle épreuve ? Les dégâts dans les villes sont incommensurables,

    tout reste à rebâtir, les rescapés progressivement redescendent à la mine. C'est leur quotidien, le travail pour

    lequel ils sont faits. D'autre part, Hélène va revenir près des siens et essayer de retrouver un certain

    équilibre. Emmanuel Prost, nous décrit l'histoire d'une saga familiale sur plusieurs générations. Au fil des

    pages, des secrets dévastateurs sont dévoilés… L'univers de certaines personnes vont totalement basculer.

    Mensonges, manipulations, trahisons… Dans quel but ? Parallèlement à ces révélations lourdes de

    conséquences, la population va devoir faire face a une pandémie : la grippe espagnole mais aussi la

    tuberculose… Dans cette ambiance pesante nos protagonistes vont cheminer vers leur destin, mais comment

    peut-on avancer quand l'on ne sait plus qui l'on est vraiment ? C'est ce que Hélène va tenter de faire malgré

    une réalité qui l'accable. Elle va retrouver un ami d'enfance Stéphane, avec qui elle va vivre sa vie.

    Arrivera-t-elle à comprendre et à pardonner ? Certains membres de cette grande famille bourgeoise, voyant

    la mort approcher, ont besoin de soulager leur conscience. Pour le meilleur ? Ou pour le pire ?

    C'est dans cette atmosphère particulière que l'auteur nous fait progresser aux côtés de nombreux 

    personnages. Nous suivons le parcours de ces derniers sur plusieurs générations. Il est question 

    également d'une sorte de rituel des enfants de Gayant. Une très belle région où règne une

    certaine fraternité et solidarité. L'auteur nous fait connaître plus particulièrement la ville de Douai.

    Une saga familiale riche en rebondissements et en surprises. Une œuvre intéressante, des héros du quotidien

    attachants.

    J'ai passé un bon moment de lecture immergée dans cet univers nordiste. Cependant je n'ai pas ressenti

    de coup de cœur comme pour « Eté 48 ». J'aime beaucoup plonger au cœur de ce département qui détient

    un charme certain. De très belles descriptions faites avec habileté et précisions.

    Je conseille cette lecture à tous ceux qui souhaitent voyager en tournant les pages de ce roman. Nous sentons

    tout l'amour que l'auteur porte à ce coin de France.

     

     Extraits de et citations :

     « N'oublie jamais ça, Bénédicte, notre regard et le premier miroir de leur reconnaissance, de leur assurance

    qu'ils ont toujours leur place dans notre société. On ne doit jamais céder ni à la répulsion ni à la pitié. »

     

    « Le plus terrible accident d'Armelle Bellecourt n'avait-il pas été d'être née au sein de cette famille ? D'avoir

    pour père cet homme monstrueusement ambitieux au point de la faire interner pour une simple question

    de réputation ? »

     

    « On leur avait quelque peu volé leur jeunesse et ils étaient bien décidés à vivre aujourd'hui avec la fougue

    et l'insouciance de leurs vingt-quatre ans – ce qui se matérialisa immédiatement par la commande

    déraisonnable d'une troisième tournée. »

     

    « Mais… était-elle vraiment morte ? Vingt-quatre ans ! Un âge qui pourrait bien être celui de la jeune

    femme croisée il y a quelques jours chez les porteurs de Gayant  ! »

     

    « Même si elle était née sous un autre nom, il fallait reconnaître qu'elle avait bien fait de garder celui-ci.

    Il lui allait si bien… »

     

     

    @Emmanuel Prost

                                        Les enfants de Gayant de Emmanuel Prost


    votre commentaire
  •  

    Le pirate qui n'avait jamais vu la mer de Laure Allard d'Adsky

    Livre pour enfants 

     

    Le pirate qui n'avait jamais vu la mer de Laure Allard d'Adsky

    Résumé :

     

    Hakim est un pirate ; il a un bandeau sur l'oeil droit, un bandana sur la tête, un perroquet sur l'épaule et une

    jambe de bois. Il  porte une barbe épaisse et parle avec une grosse voix. C'est un authentique pirate, sauf

    qui n'a jamais vu la mer.

     

    Le pirate qui n'avait jamais vu la mer de Laure Allard d'Adsky

     

    Je remercie Chérubins Éditions de m’avoir permis de découvrir les aventures d’Hakim. Ce très joli livre

    s’adresse aux enfants à partir de cinq ans. Ce n’est pas la première fois que je lis des ouvrages de Laure

    Allard-d’Adesky. Ce qui me touche à chaque fois, c’est sa volonté de faire passer des messages importants à

    nos petites têtes blondes.

     

    Hakim est un personnage tout petit, muni d’une jambe de bois et d’un bandeau sur l’œil droit. Autrement dit

    il ne part pas avantagé dans la vie. Cependant il a un rêve, partir en bateau découvrir la mer. Est-il possible

    qu’il réalise son rêve ? La tâche s’avère difficile, mais  il ne renonce pas. Pourtant, les gens de son village ne

    vont pas l’épargner mais Hakim ne se laisse pas impressionner…

     

    Commence alors une formidable aventure… Notre pirate, courageux et rêveur va faire des rencontres. Au fil

    des pages, nous découvrons qu’un formidable esprit de solidarité s’est mis en place autour de notre héros. Les

    autres sont peut-être mieux équipés pour braver les océans, mais Hakim cache plus d’un tour dans son sac.

    Possède-t-il un don que les autres n’ont pas ? Un atout qui lui permettrai de réussir sa mission ?

    La mer n’est pas toujours clémente, elle va lui jouer des tours. Cependant, notre pirate va une fois encore

    pouvoir compter sur de braves marins mieux équipés.

    L’auteure nous offre un très beau final avec une belle morale à inculquer à nos enfants.

     

    En ce qui concerne toute l’illustration, j’ai trouvé les dessins très beaux et très colorés, j’avais même

    l’impression qu’ils étaient en relief. La police de caractères utilisée pour le texte lui-même rend

    formidablement bien. De plus, le récit est écrit sur papier que l’on peut assimiler à un parchemin. C’est une

    idée très originale. Le dessin du personnage principal m’a totalement fait craquer. Ce souriceau, bien que

    diminué par les épreuves de la vie est très mignon et attachant.

     

    Une lecture intéressante qui apporte le sens des valeurs de nos chérubins. Petits et grands peuvent s’évader.

    Un beau livre, touchant qui nous embarque avec Hakim, bien décidé à réaliser son rêve.

     Cet ouvrage m’a donné du baume au cœur et de l’espoir.

     Un joli coup de cœur. 

     

    Extraits et citations :

    « C’est un authentique pirate, sauf qu’il n’a jamais vu la mer. »

     

    « Mais Hakim hausse tranquillement les épaules : les moqueries ne le touchent pas. »

     

    « Sa maman lui a toujours dit qu’il faut croire en ses rêves et il est persuadé qu’elle avait raison. »

     

    @Laure ALLARD-D'ADESKY

    Le pirate qui n'avait jamais vu la mer de Laure Allard d'Adsky

     

    Le pirate qui n'avait jamais vu la mer de Laure Allard-d'Adsky


    1 commentaire
  •  

    KEOPS de Christiane Marques

    Catégorie : Témoignage

     

    KEOPS de Christiane Marques

    Résumé :

     

    C'est le roman d'une rupture dévastatrice et d'un hymne à l'amour envers un animal de compagnie. Une

    histoire dont je ne garde, à la fin, que l'écume magnifique, et ce, malgré la brutalité et la tristesse des faits.

    Aujourd'hui encore, la morsure familière du chagrin, l'absence, la culpabilité, le long remords qui envahit

    tout, enserrent toujours mon cœur…

     

    KEOPS de Christiane Marques

     

    Je remercie Passion Du Livre Éditions de m'avoir permis de découvrir ce joli témoignage d'amour de

    Christiane Marques. Elle nous raconte l'arrivée de KEOPS dans sa vie et celle de son compagnon. Elle

     nous offre un très beau récit sur ce qu'elle a partagé avec ce chat, tout l'amour et les soins qu'elle lui a

    prodigués. Une belle rencontre liée au hasard ? au destin ? Appelons le comme nous voulons, toujours est-il

    que cela a permis à ce petit animal à quatre pattes et à sa maîtresse de vivre de très beaux moments de

    tendresse et de complicité. Nos animaux de compagnie nous aiment sans condition, ils sont fidèles, ils ne

    nous jugent pas. L'auteure couche sur le papier, ces souvenirs heureux, ces instants inoubliables, ses doutes,

    ses peurs. Lors de l'écriture de ce roman KEOPS n'est plus… Alors elle se souvient de tout… Le chagrin

    est encore bien présent mais il s'estompera doucement. Prendre un compagnon à quatre pattes, c'est aussi

    accepter l'idée qu'en principe il partira avant nous. Malade, il faut mettre tout en œuvre pour le soigner.

    Quand un diagnostic inéluctable tombe… Il y a les décisions à prendre… Difficiles, parfois déchirantes mais

    la personne le fait en son âme et conscience. Pourtant, bien des interrogations nous submergent…

    Est-ce le bon moment ? N'y a-t-il pas d'autres alternatives ? Comment savoir si nous ne sommes pas dans

    l'erreur ? Ce sont des étapes déchirantes qu'un maître doit impérativement prendre. Christiane Marques

    nous fait part de son ressenti à chaque époque de la vie qu'elle a menée au côté de ce petit chat tant aimé.

    L'auteure a une plume fluide et agréable. Il est bien évident que cette lecture est touchante… J'ai trouvé

    quelques petites longueurs parfois, il est certain que l'on a l'impression que l'auteure prenait KEOPS

    pour son enfant. De ce fait, sa peine s'en trouve encore agrandi. Quoi qu'il en soit la perte d'un être cher

    et toujours un déchirement, une partie de soi qui s'en va ...

    Un beau témoignage et un bel hommage à ce petit être disparu.

     

     Extraits et citations :

     « Georges a commencé à percevoir cette petite bête comme un peu la nôtre. »

     

    « – À présent, tu n'auras plus à chercher asile, c'est ici chez toi. »

     

    « Abandonné à la naissance, écrasé à sept mois, sans domicile fixe ensuite, il avait foncé dans un monde

    inconnu, et c'est ainsi qu'il avait commencé sa survie. »

     

    « C'était malgré tout un temps où régnait la sérénité. »

     

    « Est-ce une vie pour lui ? Est-ce vraiment le bon moment ? »

     

    @Christiane MARQUES

                                           KEOPS de Christiane Marques

     

     


    1 commentaire
  •  

    Tu es cette épingle à linges

    Tu es une épingle à linge

    Raconte ton histoire 

     

    Mon texte

     

    Il paraît que la réincarnation existe ! Je suis…enfin j’étais quelqu’un de très terre à terre. Aujourd’hui toutes

    mes certitudes se sont effondrées ! Que m’arrive-t-il ? Et qui suis-je ?

     

    Me voilà tout à coup en équilibre précaire, allez-y ne vous gênez pas… Tripotez-moi… Où il y a de la gêne, il

    n’y a pas de plaisir. Il semblerait que je sois d’une grande utilité, j’en suis forte aise ! Mais encore… J’ai la

    sensation d’être suspendue à un fil ? Une corde ? Le mystère reste entier ? Je me suis réveillée là ce matin, je

    n’y comprends rien ! Je suis… enfin j’étais une grande rêveuse, est-ce que mon dernier songe a dérapé ?

    Après avoir subi, le froid, une avalanche de pluie torrentielle… maintenant je grille littéralement au soleil.

     

    — Au secours, aidez-moi ! sortez-moi de cet enfer… ce sont des conditions de vie inhumaine, hurlai-je à

    corps et à cri.

     

    Alors que je m’époumone, si ça se trouve personne ne m’entends ? Ai-je un corps ? Une voix ? Je ne crois

    pas ! Dans quelle galère me suis-je fourrée ? M’a ton jeté un sort ? A priori, je ne vois pas…

    je n’entends pas …  je sais quand on m’utilise…

     

    Tout à coup je sens que l’on presse ma tête…

    — Arrêtez, vous me pincez, pourquoi faire ? m’indignai-je.

     

    Et hop, maintenant quelqu’un me balance sans ménagement. Il me semble que j’atterri sur une surface dure.

    — Aïe, bande de sauvages ! je vais me plaindre à qui d’ailleurs ? m’interrogeai-je

     

    J’essaye d’aiguiser mes sens pour comprendre… Puis surprise, je reçois quelque chose de doux sur moi.

    — Je ne bois pas ? ne me drogue pas ? paumée, oui voilà c’est le mot !

     

    Soudain, je reçois une sacrée dose de flotte !

    — La vache ! ça y est je me noie ! constatai-je paniquée.

     

    Je rassemble mes idées : Un fil ? Une corde ? J’ai chaud… J’ai froid… On me balance sur une surface dure…

    Je sens quelque chose de soyeux qui me recouvre… je bois la tasse… Non… Je n’y crois pas… serai-je une

    épingle à linges ?

     

    — A l’aide ! rendez-moi ma vie ou tuez-moi, m’énervai-je.

     

    Avant j’étais humaine, aux finitions qui laissaient à désirer… Trop pressée de découvrir le monde… Il y a eu

    un petit dérapage incontrôlé, je me déplaçais sur quatre roues. Dans mes rêves, je marchais, j’étais mariée,

    j’avais des enfants. Au réveil, tout s’effaçait ! Je me disais toujours que si la vie était un livre, je choisirai une

    autre histoire. Jamais j’aurais pensé qu’en changeant de récit, je me retrouverai coincée dans la peau d’un tel

    objet ? Quel cauchemar !

     

    Soudain un visage me fait fasse :

    — Alors, tu vois regarde dans ce miroir, comme tu es belle. Je t’ai gâtée, tu es la reine. Tu scintilles de mille

    feux, avec ta robe cousue d’or, je ne me suis pas moqué de toi, cette fois, tu es parfaite, me dit la voix.

    — Rendez-moi ma vie ! j’étais bien, pas d’effort je me déplaçais  dans bolide de luxe.

    — Je vais exaucer ton souhait, mais as-tu compris la leçon ?

    — Oui, nous savons ce que nous perdons mais nous ne savons pas ce qui nous attends, c’est bien ça ?

    demandai-je stressée.

     

    — C’est exact, demain dès l’aube tu garderas ton propre roman. Tu ne changeras pas de récit et tu suivras le

    cours de ton destin.

     

    — Oui, je ferai tout ce que vous voudrez et je profiterai de chaque jour comme si c’était le dernier.

     

    Ouf quelle aventure ! Il faut avouer que c’est un drôle de karma. Si le miracle existe, je le jure j’irai à la messe

    tous les dimanches. Ceci dit regardez vous-même, j’avais de la classe dans cette nouvelle enveloppe, vous ne

    trouvez pas ? J’aurai eu plus de chance de trouver un mari. Ceci dit : il vaut mieux vivre seule que mal

    accompagnée… Alors vive le célibat et les finitions imparfaites !

     

     

     

    Tu es cette épingle à linges

    A Bientôt@Pat Pepette

     


    2 commentaires