•  

    Sous le même toit de Jojo Moyes

     

    Catégorie : Saga familiale

     

    Sous le même toit de Jojo Moyes

     

     Résumé :

     

    Toutes les maisons de famille ont une histoire…

    Une splendide saga familiale par l'auteur du best-seller Avant toi

    Le temps était clément, offrant cette lumière de début de printemps qui insuffle de la beauté jusque dans les

    décors les plus usés ; dehors, des hirondelles se chamaillaient bruyamment dans les haies. Sa première pensée

    lucide fut : « Cette maison est comme nous. Elle a été désertée, abandonnée. Maintenant, elle va veiller sur

    nous, et nous la ramènerons à la vie. »

    Lorsque son mari meurt sans crier gare, lui laissant une montagne de dettes, Isabel Delancey doit

    radicalement changer de train de vie. Elle n'a d'autre choix que de déménager avec ses deux enfants pour

    s'installer à la campagne, dans une maison de famille délabrée. Tandis que les murs s'effritent autour d'eux,

    et que ses dernières économies fondent comme neige au soleil, Isabel espère pouvoir compter sur le soutien de

    ses voisins. Elle ne se doute pas que sa simple présence au village a réveillé de vieilles querelles… Les vies

    s'entrechoquent, et Isabel va découvrir que faire de cette maison le « home sweet home » dont elle rêve est un

    combat de chaque instant.

     

    Sous le même toit de Jojo Moyes

     

     

    J'aime beaucoup les romans de Jojo Moyes, c'est pour cette raison que nous avons choisie cette lecture

    commune avec Marie Dit Khanel pour débuter l'année.

    À la mort de son mari Laurent, Isabel Delancey se retrouve contrainte et forcée de quitter sa demeure de

    Londres avec ses deux enfants. En effet, sa situation financière ne lui permet plus de rester chez elle.

    Une  décision difficile à prendre et pourtant… Elle part s'installer dans un petit village de campagne pour

    occuper «La maison espagnole ». C'est ainsi que tous les habitants du village la surnomment. Quel n'est pas

    l'effarement d'Isabel  lorsqu'elle pénètre dans cette maison. Totalement délabrée, d'énormes travaux vont

    avoir besoin d'être effectués. Seule avec ses deux enfants, elle va devoir compter sur la solidarité  

    de ses voisins. Pourtant, elle ne les connaît pas vraiment. Ces derniers semblent sympathiques, doit-elle

    pour autant leur faire confiance ? Jojo Moyes nous embarque au cœur de cette petite bourgade. Nous suivons

    le quotidien de tous ses habitants. Au fil des pages, nous comprenons que tout n'est pas si rose. Cette

    fameuse petite ferme délabrée à plus de valeur qu'il n'y paraît. Certaines personnes veulent à tout prix

    la posséder. Que sont-ils prêts à  entreprendre pour faire fuir ses occupants ? Matt McCarthy sous ses airs

    bienveillants n'aurait-il pas un plan précis en tête ? Les gens du village parlent, des familles se disputent,

    ces nouveaux arrivants sont souvent montrés du doigt. Que leur reproche-t-on exactement ? Isabelle va

     finir par obtenir certaines réponses à ses doutes, car certaines langues se délient… Entre périodes de

    découragement et  l'envie de se battre pour rester, cette famille déjà lourdement éprouvée va devoir

    livrer bataille. L'auteure nous fait partager le quotidien de chacun, que ce soit pour le meilleur ou pour le

    pire. Isabel et ses enfants finiront-ils par être acceptés par cette communauté ? N'ont-ils pas droit à leur

    part de bonheur ? Leur chemin va être semé d'embûches, mais finiront-ils par trouver une aide véritable

    et sincère ?

     Après avoir traversé la tempête, nos héros bien secoués  arriveront-ils à dénicher leur petit havre de paix ?

      L'auteure nous délivre un message important. Après la pluie vient le beau temps… Avec de la patience,

    de l'amour et de l'espoir, l'avenir deviendra-t-il plus serein ?

    Pour le découvrir je vous invite à lire ce roman.

    J'ai passé un agréable moment de lecture en compagnie de tous ces villageois. Bien que pour ma part ce ne 

    soit pas la meilleure lecture que j'ai eu l'occasion de lire de cette auteure. Un récit qui traîne parfois en

    longueur d'autant que le livre est un petit pavé...

     

    Extraits des citations :

     « – Oh, non, la trentaine, je crois. Avec deux enfants. Ils ont emménagé il y a quelques mois.

    – Des gens y vivent ?

    Mike eut un petit rire.

    – Va savoir comment ils font. Ça tombe en ruine. »

     

    « – Je ne veux pas avoir à m'occuper de toutes ces choses ! Je veux récupérer mon ancienne vie ! »

     

    « En vingt-quatre heures, Isabel était passée de premier violon à maraîchère armée. »

     

    « – Écoute, Kitty, mon père est un connard. Il n'en fait qu'à sa tête et il se fout des autres. Ils voulaient votre

    maison depuis des années, et c'est pour ça qu'il faut surfaceuse, à mon avis. Pour vous faire partir. »

     

    @Jojo Moyes

                     Sous le même toit de Jojo Moyes

     


    1 commentaire
  •  

    Interview de Morgane Scheinmer Auteure

     

    J’ai rencontré Morgane Scheinmer, lorsque je faisais partie du Comité de lecteurs de Anyway Editions. De cette façon, j’ai découvert un certain nombre de ses écrits talentueux. Notamment « Les brumes de Sortchor tome 1 « Les origines » Et le tome 2 « Sept ». Une auteure qui a plusieurs cordes à son arc. Je lui ai demandé si elle était d’accord pour répondre à une interview. Elle a tout de suite accepté, pour mon plus grand plaisir.

     

    Bonjour Morgane

    Bonjour Pat,

    Pour moi également, ce fut un plaisir de te rencontrer.

     

    1) À quelle occasion avez-vous ressenti le besoin d’écrire ?

    Le besoin d’écrire s’est fait sentir après avoir arrêté mes études. Jusqu’au lycée, je passais beaucoup de temps à dessiner, notamment des bande-dessinées, puis lorsque je suis entrée en fac, ne trouvant plus de temps libre entre mon emploi à temps partiel, mes cours et mes révisions, j’ai fini par arrêter de crayonner. Seulement, coucher mes histoires sur du papier me manquait et après quatre ans sans toucher un crayon, j’avais énormément perdu en dessin, je me suis retrouvée dans l’incapacité de reprendre ; j’ai donc pallié cette perte en écrivant des histoires.

     

    2) Qu’est-ce que cela vous apporte ?

    Cela me permet de me vider la tête. Depuis aussi longtemps que je me souvienne, j’ai toujours imaginé des histoires… des histoires entêtantes qui ne me quittaient pas – pas évident de se concentrer dans ces conditions ! Heureusement, cela m’a appris à faire plusieurs choses en même temps.
    Une fois l’histoire achevée, cela laisse la place à une autre et ainsi de suite.

     

    3) J’imagine bien le parcours du combattant qu’il faut mener pour être publié dans une Maison d’Edition. Racontez-nous, les différentes démarches que vous avez dû entreprendre.

    Ne sachant trop par où commencer, n’étant pas dans le milieu de l’édition et n’ayant aucun ami auteur, j’ai d’abord envoyé mon manuscrit les Brumes du Sortchor à un concours : celui de Nouvelles Plumes. Le but pour moi était surtout d’avoir un avis neutre sur mon histoire. Les retours étant excellents, je me suis mise en quête d’une maison d’édition.

    J’ai bien entendu commencé par les plus connus sans trop d’espoir. Puis, je me suis mise en quête d’une petite maison d’édition qui me donnerait ma chance.

    Le plus difficile n’a pas été d’être publiée puisqu’à la première soumission chez Anyway Éditions, mon manuscrit a été accepté, le plus ardu était de trouver une maison d’édition qui acceptait encore les soumissions. Beaucoup sont submergées et n’ouvrent leurs portes qu’à certaines époques de l’année.

    J’ai eu beaucoup de chance que cela ne me prenne pas des années. Mais maintenant que c’est fait, je me rends compte que c’était presque le plus simple : faire connaître sa saga est un travail bien plus long et plus compliqué que je ne me l‘imaginais.

     

    4) Cela fait combien de temps que vous êtes auteure ?

    Ouh là, c’est une question délicate !

    Pour être auteure, faut-il être publié ? Dans ce cas, je le suis depuis septembre 2016, à la sortie du premier tome des brumes du Sortchor. Encore maintenant, je ne suis pas certaine d’avoir la légitimité pour me dire auteur.

    Si pour se considérer auteur, il suffit d’inventer et d’écrire des histoires, je le suis depuis une quinzaine d’année.

     

    5) De quelle manière procédez-vous, lorsque vous vous lancez dans un nouveau projet ?

    Lorsque je commence un nouveau projet, j’écris d’abord un vague synopsis retraçant l’histoire. Puis je développe les personnages principaux : leur apparence, leur historique, les relations qui les lient. Quand le récit se situe dans un monde imaginaire, je mets en place un contexte géographique, politique, social. Souvent, cela évolue au fur et à mesure, puis je me lance dans l’écriture.

     

    6) En ce qui concerne votre saga « Les brumes de Sortchor » qui sont des romans Fantasy, j’imagine qu’il a fallu que vous fassiez de nombreuses recherches. Comment vous êtes-vous organisée et combien de temps cela vous a pris ?

    Oh, oui, j’ai passé un temps monstrueux sur ma saga les brumes du Sortchor que ce soit pour l’écriture ou les recherches ; c’est probablement mon travail le plus abouti, aucun ne pourra l’égaler pour deux raisons : j’ai passé de nombreuses années sur la rédaction de ce roman et je n’ai malheureusement plus autant de temps à consacrer à l’écriture.

    J’ai rédigé pendant une année entière le premier jet, au rythme d’une heure par jour : un récit basique et totalement inintéressant.

    Ensuite, j’ai retravaillé, pendant des mois, les personnages et les relations qu’ils entretenaient les uns avec les autres puis je me suis amusée à lier tous les événements entre eux en jouant avec la chronologie. Une seconde année s’est écoulée.

    Une fois cela fait, je me suis sérieusement lancée dans diverses recherches, tout en prenant des notes. J’ai regardé beaucoup de films afin de m’imprégner de l’ambiance sombre que je souhaitais donner à mes romans. J’ai aussi vu énormément de documentaires sur les animaux, sur les fonds marins mais également sur les différentes régions climatiques qu’abrite la Terre que ce soit les déserts ou des contrées arctiques ; des étendues qui m’ont inspirée.

    En parallèle, je me suis plongée dans de nombreux ouvrages, notamment sur l’architecture : il me manquait les mots, je les ai cherchés et j’ai joué avec les textes afin qu’un lecteur lambda puisse comprendre les descriptions.

    L’écriture de cette saga a duré presque cinq ans sachant que les trois dernières années j’y travaillais au rythme de six heures par jour en semaine et les week-ends, cela pouvait aller jusqu’à dix heures.

     

    7) À ce sujet, je crois savoir que vous avez utilisé « Les brumes de Sortchor » pour en faire un jeu de rôle. Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots en quoi cela consiste ?

    C’était en effet un projet que j’avais, histoire de le faire jouer par une association et d’en faire découvrir le monde.

     Le principe en est simple : un maître de jeu fait jouer un scénario à des joueurs selon des règles établies. Ils incarnent des personnages qu’ils ont pu personnaliser en fonction du sexe, de la classe choisis dans le livre de règle. Pour ce faire, ils ont des feuilles de personnages et selon les situations, ils doivent faire des jets de dés. Bien sûr, cela se joue autour d’une table.

    J’avais pris pas mal de notes et j’avais bien avancé dessus malheureusement, suite à un souci de téléphone, j’ai perdu mes notes. Donc j’ignore si j’aurai le courage de recommencer.

     

    8) Quels sont vos futurs projets ?

    J’ai plusieurs manuscrits en cours et des projets en attente.

    J’ai terminé en début d’année l’écriture en vers d’un livre pour enfant dont le thème est la différence ; il ne me reste plus qu’à trouver un illustrateur ou une illustratrice qui souhaiterait se lancer dans l’aventure à mes côtés.

    J’avais également commencé à écrire un roman sur les super-héros mais je bloque dessus et ne suis pas satisfaite de la tournure que cela prend ; plus jeune, j’étais fan de comics mais c’est une période un peu lointaine, j’ai besoin de me replonger dedans, ce que je ferai lors de mes prochaines vacances. Je l’ai mis en pause.

    En attendant, j’ai bien avancé dans mon roman sur les MMORPG, au rythme d’un chapitre tous les deux ou trois jours. J’espère l’avoir terminé d’ici trois ou quatre mois.

    En 2017, j’avais écrit deux nouvelles que je compte reprendre et étoffer : un texte jeunesse que je compte développer un peu mais cela restera une nouvelle. Et un conte en fantasy que j’aimerais détailler jusqu’à en faire un roman one-shot.
    Si j’arrive à faire tout cela cette année et à trouver une ou des maisons d’édition, je serai heureuse.

     

    9) Vous exercez une profession indépendamment de votre métier d’écrivaine, comment trouvez-vous le temps de tout mener de front ?

    Honnêtement, jusqu’à cette année, j’étais incapable de mener de front mon emploi d’assistante maternelle et celui d’auteure. Quand on travaille de 8h à 18h45, difficile de trouver le temps.

    Cette année, je m’astreins à un emploi du temps sévère. Je profite des siestes des enfants du matin et de l’après-midi pour écrire, m’occuper de mon blog littéraire ou de mes différentes pages. Tout cela en regardant des films ou des séries qui demandent peu de concentration. Alors bien sûr, il y a des contretemps, ce qui est frustrant, mais dans l’ensemble, j’y parviens et cela me fait beaucoup de bien.

     

    10) Selon vous quelles qualités faut-il posséder pour s’investir sans relâche dans l’écriture ?

    Selon moi, l’écriture est une passion exigeante qui demande du temps et une énergie pharamineuse.

    Il faut avoir une imagination débordante mais pas que… un minimum de rigueur est nécessaire soit pendant la rédaction pour ne pas trop s’éparpiller, soit après pour tout regrouper au mieux.

    Sans parler d’une certaine connaissance de la langue : corriger son travail est un boulot titanesque et même au bout d’une énième correction, on trouve toujours des coquilles ce qui est rageant.

    À cela, il faut rajouter une maîtrise des différents logiciels d’écriture et de la mise en page.

     

    11) Quelles sont vos priorités dans la vie quotidienne ?

    Dans ma vie quotidienne, mes priorités vont avant tout à ma famille, surtout mes enfants et mon chat, mais également à mes amis… si je peux aider, je le fais volontiers sacrifiant de mon temps comme de mes loisirs.

    Mon travail est également important pour moi, c’est un métier épuisant, néanmoins je le pratique avec passion.

     

    12) Je crois savoir que vous avez une voire d’autres passions dans la vie. Quelles sont-elles ?

    En effet, j’ai énormément de passion dans la vie ce qui est difficile à concilier au quotidien. J’aime beaucoup tricoter en regardant des séries.

    J’apprécie particulièrement de jouer à des jeux de rôle avec mes amis, que ce soit en tant que joueuse ou en tant que maître de jeu.

    J’adore lire et jouer aux jeux vidéos, surtout ceux en ligne comme Lineage 2.

     

    13) Le jeu vous inspire-t-il des intrigues pour vos romans ?

    Il ne faut pas se leurrer, bien sûr que les jeux ont été source d’inspiration dans mes romans, au même titre que la lecture, les films et les séries. Ce ne sont pas mes seules muses, mais un peu quand même. Et puis, quand tu es maître de jeu et que tu écris toi-même tes propres scénarios, ça t’aide à monter de toute pièce tes synopsis de roman.

     

    14) Quel type de lectrice êtes-vous ?

    Je suis devenue une lectrice très hétéroclite. Je viens d’un cursus L donc pendant longtemps, tout ce qui ne faisait pas partie des grands classiques de la littérature ne m’a jamais attirée. Puis j’ai essayé la fantasy avec Eddings et j’ai adoré. C’est alors que j’ai tenté d’autres genres. Maintenant, je lis de tout, à part romance et policiers parce que je trouve ces lectures  souvent prévisibles et ça finit par m’énerver.

     

    15) Avez-vous envisagé d’écrire le tome 3 « Des brumes de Sortchor » ?

    Oui, j’avais commencé l’écriture du troisième tome des brumes du Sortchor, néanmoins je n’ai pas continué. J’ai le synopsis en tête mais je crois que j’ai passé tant de temps et d’énergie à essayer de faire connaître les deux premiers tomes que cela m’a découragée, surtout qu’il n’est pas réellement nécessaire puisque le second, Sept, se conclue sur un véritable épilogue. J’avais également prévu une préquelle à trois voix avec les sœurs Hastori, mais là également, n’étant pas obligatoire, il restera probablement à l’état de projet.

     

    Merci Morgane d’avoir bien voulu m’accorder cette interview et d’y avoir répondu avec beaucoup de gentillesse et de simplicité. Je vous en remercie chaleureusement et je vous souhaite beaucoup de succès dans vos projets à venir.

    Merci, Pat de m’avoir donné la chance de m’exprimer avec cette interview. Je te souhaite encore de belles lectures et de sympathiques rencontres avec d’autres auteurs.


    votre commentaire
  •  

    Pas si simple de Lucie Castel

    Item : Farces pour sorciers facétieux - Un livre qui vous a fait rire - 10 points

    Titre : Pas si simple

    Auteure : Lucie Castel

     

    Pas si simple de Lucie Castel

    http://patpepette.eklablog.com/challenge-thematik-c27987316


    votre commentaire
  •  

    Je serai toujours la pour toi de Andy Pierce

    Item : Rictusempra - Un livre dont vous avez adoré la fin - 10 points

    Titre : Je serai toujours la pour toi

    Auteur : Andy Pierce

     

    Je serai toujours la pour toi de Andy Pierce

     

    http://patpepette.eklablog.com/je-serai-toujours-la-pour-toi-de-andy-pierce-a135451032


    votre commentaire
  •  

    Àme à Àme de Christian Perrot

    Catégorie : Fantastique/ Horreur

     

    Àme à Àme de Christian Perrot

    Résumé :

     

    Un homme désespéré essaye de se suicider en se jetant du haut d’un toit. Par malchance, il fauche avec lui

    une âme innocente passant par hasard à cet endroit au mauvais moment.

     

    Les deux êtres vont se retrouver intimement liés pour un bien étrange voyage aux confins de l’esprit et de la

    démence.

     

    Ensemble, ils affronteront les plus horribles facettes de l’âme humaine jusqu’à l’ultime vérité, car, de cette

    rencontre fortuite, dépendra la vie de trois personnes diamétralement opposées…

     

    Public averti, 18ans +

    AVERTISSEMENT AU(X) LECTEUR(S)

    Ce roman est particulièrement angoissant, voire profondément dérangeant par les thèmes qu’il aborde : la

    mort, la haine, le meurtre, les violences sexuelles et morales. De nombreuses scènes psychologiquement et

    moralement éprouvantes attendent le lecteur.

     

    En vertu de quoi, cet ouvrage est fortement déconseillé aux enfants et aux adolescents pouvant se voir

    choqués. Parents, merci de prendre garde à ne pas laisser ce livre entre les mains des plus jeunes.

     

    Àme à Àme de Christian Perrot

     

    Je remercie Lune Ecarlate Editions de m'avoir confié ce service presse. Je dois avouer que c'est quasiment

    la première fois que je m'adonne à ce style de romans. Pourtant, dès que j'ai pris connaissance du résumé

     je n'ai pas hésité une seule seconde. Une chose est certaine, de la première à la dernière ligne, j'ai été

    complètement happée par l'intensité du récit, sans parler de l'intrigue qui est pour moi, sans commune

    mesure carrément phénoménale.

    Nous faisons la connaissance de John qui n'attend plus rien de la vie et qui décide de se suicider. Il étudie

    pourtant le meilleur endroit pour se jeter d'un toit, enfin de ne porter préjudice à personne. Ce jour-là,

     après quelques minutes d'hésitation il se jette dans le vide. Manque de pot, au moment de percuter le

    bitume il écrase une passante. À partir de cet instant, l'auteur nous fait pénétrer dans un univers à la

    fois effroyable est captivant. Notre héros va être victime de visions terrifiantes, d'agressions physiques

    et psychologiques. Il va malgré lui assister à des scènes d'horreur absolue. Pourtant, a-t-il un moyen

    d'échapper à ce cauchemar sans fin ? Les questions fusent dans sa tête. Est-il réellement décédé ? Ou bien est-

    il entre la vie et la mort à l'hôpital ? Quel est cet endroit des plus terrifiants ? L'enfer, le purgatoire ? Peut-

    être se trouve-t-il plonger dans le coma ? Cela expliquerait  certainement ses hallucinations visuelles et ses

    agressions ? Est-il simplement là pour mener à bien une mission ? Tout s'embrouille dans la tête de

    cet homme complètement seul et totalement perdu. Au fil des pages, Christian Perrot commence à lever le

    voile sur certaines zones d'ombre. Malgré tout, le suspense, le danger, la terreur est de plus en plus palpable.

    John trouvera-t-il le moyen de  fuir ? Est-il possible de revenir en arrière ? Rien n'est sûr… Plusieurs fois

    il est confronté à sa propre mort et se retrouve propulsé dans des lieux plus oppressants les uns que les autres.

    Doit-il payer le prix de son suicide ? Ou bien le décès accidentel de la personne qui se trouvait au mauvais

    endroit au mauvais moment ? John finira par obtenir des réponses, mais à quel prix ? Il devra faire des choix,

    et n'aura pas le droit à l'erreur.

    Une lecture avec des scènes qui peuvent choquer certaines personnes. Par contre, l'intrigue est menée d'une

     main de maître sur un rythme haletant. 

     L'auteur nous offre un final inattendu mais explosif.

    J'ai dévoré ce livre, j'ai vibré, j'ai douté… J'ai tout simplement adoré. Je n'espère qu'une seule chose, qu'une

    suite soit envisagée.

    Un livre inoubliable, que je qualifierais de chef-d'œuvre.

     

    Extraits et citations :

     « Depuis qu'il s'était éveillé dans le métro désert, il se sentait démuni et vulnérable, quelle que soit la

    situation rencontrée. Aussi préféra-t-il reculer encore d'un pas en murmurant :

    – Non, non, merci bien ! Je me suis perdu, voilà tout. Laissez-moi partir, s'il vous plaît ! »

     

    « La seconde suivante, un brouillard le recouvrit et il se sentit chuter dans un gouffre sans fin. Sa dernière

    émotion fut intense soulagement. Enfin, il allait mourir définitivement et quitter ces lieux hallucinés… »

     

    « Cette fois, il se tenait à la station du Père-Lachaise. Encore un clin d'œil douteux à sa situation. »

     

     « Son aventure frôlait le ridicule tout en demeurant incroyablement éprouvante pour sa santé mentale. »

     

    « – En fait, nous n'étions pas dans la réalité, essaya d'expliquer John. Par un incroyable effet, nous nous

    sommes retrouvés… comment dire ? Non pas face à face, mais bel et bien âme à âme. »

     

    @Christian Perrot

    Àme à Àme de Christian Perrot

     

     


    1 commentaire