• Chalenge 100 % Romances érotiques

    Catégorie : Romance érotique

    Résumé :

    A 18 ans, Nell est inconsolable. Kyle, à la fois son meilleur ami et l’amour de sa vie, l’a quittée.

    Elle sombre dans un chagrin fou dont personne ne semble pouvoir la tirer.
     

    Deux ans plus tard, la jeune femme croise le chemin de l’insaisissable Colton, le frère ainé de

    Kyle. La douleur est toujours vive, mais une irrésistible pulsion les unit et les consume au plus

    profond d’eux-même. Colton pourra-t-il redonner à Nell le goût d’aimer. 

     

     

     

    Ce roman m'a beaucoup plu, dès les premières lignes j'ai été plongée dans l'histoire. Les

    personnages, Kyle et Nell sont très attachants, d'abord meilleurs amis, puis amants. Je 

    trouvais qu'ils formaient un très joli couple. Un premier véritable amour, cela compte

    dans une vie ! Puis très rapidement Kyle est parti, Nelll est inconsolable ! Que s'est-il

    donc passé pour que leur union parte en éclats aussi rapidement ? J'ai ressenti de la

    déception à ce moment là.  Pourquoi leur amour sincère n'a pas tenu ? Ils étaient si mignons,

    à croquer tous les deux. Nell se retrouve seule et doit à tout prix remonter la pente.

    Deux ans plus tard, par un pur hasard elle rencontre Colton, le frère de Kyle.

    Tous les deux ont eu leur propre chemin de vie, différent, mais leur passé leur a laissé de

    grosses blessures. Leur rencontre va-t-elle permettre à ces deux êtres d'affronter leurs

    vieux démons ? Vous-t-il pouvoir mettre un peu de baume sur leurs cicatrises ? Tout

    n'est pas si simple ! Vont-ils arriver à se défaire de la culpabilité qui les ronge ?

    Colton est très patient, il va tout faire pour aider Nell. Au fil du temps, il vous

    se rapprocher l'un et l'autre en trainant leur casseroles derrière eux. Vont-ils parvenir

    à retrouver l'amour ? Ensemble ou pas ? L'auteur a réussi à me faire ressentir 

    profondément leur souffrance, leur découragement, leur espoirs aussi. C'est un livre

    très touchant, qui ne peut qu'interpeler le lecteur. Ce livre m'a fait réfléchir .....

    Il ne me tarde qu'une chose entamer "Nous succomber", la suite de leurs mésaventures.

     

    Citations

    "Kyle a été mon véritable amour, mon premier à tous les niveaux."

     

    "Kyle et moi n'avions pas conscience du fait que tout le monde nous imaginait finir

    ensemble avant d'être en classe de seconde."

     

    "C'est pas vraiment ce que font des meilleurs amis, non ? Pourtant on ne s'était jamais

    embrassé ou pris la main comme un couple. Et si quelqu'un nous demandait, ce qui

    arrivait souvent, on répondait toujours : "Non, on ne sort pas ensemble, on est juste 

    meilleurs amis."

     

    "Je posai ma tête sur son épaule et observai son profil ciselé et magnifique, baigné

    dans le soleil de l'après-midi."

     

    "Donc... nous savions comment ça se passait et j'avais mes petits fantasmes à moi,

    mes rêveries de fille, mais avec Kyle ?"

     

    "J'étais désormais ravie de découvrir que je pouvais embrasser Kyle sans jamais

    m'arrêter, je n'avais pas à reprendre ma respiration, je ne le voulais sous aucun 

    prétexte."

     

    "- Soyez juste prudents, d'accord ? dit-elle en coupant la parole à son fils.

    - Maman, non, on n'était pas, je veux dire, on a pas...."

     

    "Vous avez été les deux meilleurs amis du monde toute votre vie. Si vous franchissez

    cette ligne... vous ne pourrez pas revenir en arrière."

     

    "- C'est pas censé être mignon, dit-il en jetant un oeil par dessus mon épaule pour

    tenter de voir ce qu'il était en train de faire. C'est censé être sexy et romantique."

     

    "- Oui je suis sûre. Je suis nerveuse et j'ai peur, mais j'en ai plus envie que je ne suis

    effrayée."

     

    "Parlant de tout, mais évitant soigneusement soigneusement le sujet lourd de notre

    avenir et des universités. J'avais le coeur serré, car quelque chose me disait que la 

    solution ne serait pas facile ni agréable. Kyle avait jeté son dévolu sur Stanford. Je le

    voyez dans ses yeux, l'entendais dans sa voix. Quant à moi, je voulais vraiment être

    sur la côte Est, près du quartier financier de Manhattan."

     

    "Je ne me doutais pas à cette seconde que le destin allait décidé pour moi."

     

    "Je ne veux pas passer un moment sans toi. Je me moque de la fac de football. Tu es

    la seule chose qui m'importe. On va trouver une solution ensemble."

     

    "Kyle... c'est juste trop tôt. Pourquoi n'arrives-tu pas à le voir ? Je ne veux pas qu'on 

    soit séparé. J'irai à Stanford avec toi. J'irai où tu iras. Je t'épouserai, mais juste pas tout

    de suite. Donne-moi quelques années."

     

    "Les sanglots se firent écho l'un après l'autre, c'est le coeur brisé qu'on les arrachait."

     

    "La lettre je la connaissais par coeur désormais. Je l'avais lue et relue tant de fois."

     

    "- Je l'aimait tellement. Je l'aime toujours, mais... il est parti. Je ne sais pas quoi dire

    d'autre."

     

    "- Tu deviendras folle. Faudra bien que ça sorte, d'une façon ou d'une autre."

     

    "Cette caresse simple et innocente me brûla la peau, me consuma et ouvrit les vannes

    de mon chagrin."

     

    "Nell est un oiseau de mauvaise augure. Elle a d'énormes blessures, elle traîne des

    casseroles sur un kilomètre. Et moi aussi."

     

    "Un jour bientôt, ces poutres vont s'effondrer et son monde tombera en ruine. Et je sais

    qu'il faut que je sois là quand ça arrivera."

     

    "Je ne la quitte pas des yeux et c'est là, maintenant que j'ai vraiment une raison de

    chanter, que le public se met à écouter."

     

    "- Je ne t'ai jamais vu aussi énervé, Colt. Tu ne t'énerves jamais. Ce qui signifie qu'elle

    signifie quelque chose pour toi.

    - C'est compliqué."

     

    "Je suis un voyou de la rue à nouveau, un tueur à gages. Sauf que c'est différent, il

    a fait du mal à Nell."

     

    "- Ne me dis pas ce dont j'ai besoin ! Tu ne me connais pas.

    - Mais je sais que tu noies ton chagrin dans le whisky. Ca cesse de fonctionner au bout

    d'un moment. Et alors tu te rends compte qu'il n'y aura jamais assez de whisky au

    monde."

     

    "- Tu la connais, cette histoire. 

    - Pas entièrement. Pas les détails profonds, la merde tapie dans l'obscurité des ombres

    de ton coeur."

     

    "- Non, ça n'aide pas. Ca éloigne juste la peine temporairement. Comme l'alcool.

    - Mais j'ai besoin... 

    - Tu as besoin de t'autoriser à ressentir tes émotions. Les ressentir, te les approprier.

    Et puis passer à autre chose."

     

    "C'est ma maison ici. Je dors peut-être en haut, mais ce garage, c'est chez moi. Bien

    plus qu'on ne pourrait le croire."

     

    "Je respecte vraiment le mal qu'elle se donne à essayer d'aller bien. J'aimerais juste qu'elle me

    laisse lui montrer comment s'abandonner, comment s'autoriser à avoir mal. Je veux lui

    prendre sa douleur."

     

    "Ses yeux s'agrandissent.

    - Tu avais envie de me caresser ?

    Je n'arrive pas vraiment à étouffer un rire incrédule, elle ne comprends pas à quel point

    j'ai envie d'elle."

     

    "- J'ai fait des trucs moches. J'essaie d'éviter les ennuis aujourd'hui, mais ça n'efface pas ce

    que j'ai fait."

     

    "C'est une guerre incessante qui se joue dans mon âme, entre culpabilité et apaisement."

     

    "Mais Colton est.... Je me sens en sécurité avec lui. Il arrive à m'arracher la vérité. La

    douleur aussi. Colton connait la douleur. Elle lui est familière, comme une amie intime.

    Il vit avec elle. La culpabilité aussi."

     

    "Colton et moi. Non c'est bien plus. Il suffit que je le regarde pour que le feu 

    m'envahisse. Le simple fait de le toucher, d'être touchée par lui, suffit pour allumer

    un brasier sans fin."

     

    "- Qu'est qu'on est en train de faire, Nell ?

    Sa voix est un murmure rauque.

    Je secoue la tête et hausse une épaule.

    - J'en ai aucune idée mais j'aime ça.

    - Moi aussi."

     

    "- L'oubli, c'est la façon dont ton esprit d'aide à guérir, passer à autre chose."

     

    "- Je ne peux pas la regarder ! Tu me la lis, toi, dis-je en lui tendant la lettre. Colton 

    la prend, regarde et puis me la rend.

    - Non, c'est la tienne. Tu la lis, toi.

    Il y a une expression inhabituelle sur son visage que je n'arrive pas à décrypter.

    - Je suis trop nerveuse, dis-je.

    S'il te plaît ? Lis-la-moi ?

    - Tu devrais la lire toi, Nelly chérie. Le plaisir de savoir que tu as été prise ne sera pas

    le même si ce n'est pas toi qui la lis.

    - Tu ne sais pas si j'ai été prise, dis-je en lui fourrant la lettre dans les mains.

    Je ne comprends pas sa réaction et ça m'énerve.

    - S'il te plaît ? S'il te plaît, lis-la-moi.

    Je sais que je ne devrais pas insister. Je peux voir à la façon dont ses traits se tendent

    que c'est un problème pour lui. Un déclencheur. Mais je suis lancée et je ne lâche pas 

    l'affaire.

    - Non, Nell. Je ne vais pas te la lire, c'est ta lettre d'acceptation, pas la mienne.

    Il se tourne, plonge son poing dans sa poche et fait sauter la monnaie qui y traîne. Il

    regarde par la fenêtre, ses épaules sont voûtées, sa mâchoire, serrée.

    - Allez, Colton. Qu'est-ce que ça peut faire ? Je veux partager avec toi.

    Il se retourne vers moi, ses yeux brûlent de douleur et de colère.

    - Tu veux savoir ce que ça peut faire ? Je ne sais pas lire, putain ! Ca te va ?"

     

     "- Je suis dyslexique. Sévèrement. Je peux lire mais vraiment, vraiment mal et ça me

    prend mille ans de déchiffrer même la phrase la plus simple."

     

    "Il avait décidé de ce que serait mon destin et rien ne l'en dissuaderait. C'est devenu de

    plus en plus dur, parce que mes capacités de lecture et d'écriture étaient tout simplement

    nulles." 

     

    "Il me paierait ma scolarité, un appartement, de quoi vivre et tout le reste si j'allais

    à la fac. Sinon, il ne me filerait pas un centime."

     

    "- Ouais je suis prise.

    - Il n'avait aucun doute là-dessus. Suis fier de toi, Nelly chérie."

     

    "Colton a traversé tellement d'épreuves mais il est resté fidèle à lui-même, il a refusé

    de devenir quelqu'un d'autre ou d'abandonner simplement parce que c'est ce que l'on

    attendait de lui."

     

    "Maintenant mon corps chante d'être si près du sien, mon esprit et mon coeur 

    bourdonnent de l'adrénaline post-concert, et tout ce à quoi je peux penser, tout ce que

    je ressens, c'est lui et le désir que j'ai pour lui."

     

    "Je ne changerais ce moment pour rien au monde. Et je n'ai certainement pas l'intention

    de m'arrêter là avec Colton. Je veux des moments comme celui-ci encore et encore,

    aussi souvent que possible. A cette seconde précise, je me sens plus proche de lui

    que je ne l'est jamais été de qui que ce soit auparavant. Cette idée provoque en moi

    une vague de culpabilité, mais je l'a repousse au loin."

     

    "- Colt... Je ne sais pas ce que tu.... Elle est allée courir. Elle est partie faire du

    jogging."

     

    "C'est ce que tu as dit. La dernière chose dont tu aies envie, c'est d'un bébé. Et c'est

    ce que j'allais avoir. Un bébé. Un putain de bébé."

     

    "J'ai dit qu'une grossesse était la dernière chose dont nous avions besoin. Je n'ai pas dit

    qu'un bébé était la dernière chose dont j'avais envie. Et peu importe, s'enfuir, c'est

    juste tellement... une mauvaise idée. Tu es à moi. Le bébé aurait été à moi. Je prendrai

    toujours soin de toi."

     

    "Tu n'as jamais eu de nom.

    Tu n'as jamais eu de visage.

    Les milliers de respirations que tu ne prendras jamais.

    Raisonne dans ma tête.

    Mon enfant, mon enfant, mon enfant.

    Les questions scintillent comme des étoiles,

    Infinies dans la nuit.

    Avais-tu des rêves ?

    Avais-tu une âme ?

    Qui aurais-tu été ?

    Tu n'as jamais connu mes bras,

    Tu n'as jamais connu ceux de ta mère,

    Mon enfant, mon enfant, mon enfant.

    Je rêverai pour toi,

    Je respirerai pour toi,

    J'implorerai Dieu pour toi,

    J'agiterai mes poings, crierai et pleurerai pour toi.

    Cette chanson est pour toi,

    C'est tout ce que j'ai,

    Ca ne te donne pas un nom.

    Ca ne te donne pas un visage.

    Mais c'est tout ce que j'ai à donner.

    Tout mon amour est dans ces mots que je chante,

    Dans chaque note hantée de ma guitare,

    Mon enfant, mon enfant, mon enfant.

    Tu n'es pas parti,

    Parce que tu n'es jamais arrivé.

    Mais cela ne veut pas dire

    Que tu n'as pas été aimé.

    Cela ne veut pas dire que l'on t'a oublié.

    Toi l'enfant qui n'est pas né.

    Je t'enterre

    Avec cette chanson.

    Je te pleure

    Avec cette chanson."

     

    "Il n'y a ni début, ni fin, ni lui, ni moi, il n'y a que nous, que la perfection, celle de nos

    âmes et de nos corps qui fusionnent dans l'ivresse du plaisir." 

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 10 Septembre 2015 à 20:26

    exactement çà ma chronique est ancienne tu peux la relire en  tapant  le titre dans recherche

     peut etre un peu  trop de citations , plus long que ta chronique,  du coup on  a pas trop envie de lire tout çà

    2
    Purcypat
    Jeudi 10 Septembre 2015 à 20:32

    Il faut que j arrive à mettre moins de citations, je suis consciente que j en mets trop. J ai encore des progrès à faire de ce côté là. Ok je ferai la recherche demain sur ton blog. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :