•  

    Interview de Morgane Scheinmer Auteure

     

    J’ai rencontré Morgane Scheinmer, lorsque je faisais partie du Comité de lecteurs de Anyway Editions. De cette façon, j’ai découvert un certain nombre de ses écrits talentueux. Notamment « Les brumes de Sortchor tome 1 « Les origines » Et le tome 2 « Sept ». Une auteure qui a plusieurs cordes à son arc. Je lui ai demandé si elle était d’accord pour répondre à une interview. Elle a tout de suite accepté, pour mon plus grand plaisir.

     

    Bonjour Morgane

    Bonjour Pat,

    Pour moi également, ce fut un plaisir de te rencontrer.

     

    1) À quelle occasion avez-vous ressenti le besoin d’écrire ?

    Le besoin d’écrire s’est fait sentir après avoir arrêté mes études. Jusqu’au lycée, je passais beaucoup de temps à dessiner, notamment des bande-dessinées, puis lorsque je suis entrée en fac, ne trouvant plus de temps libre entre mon emploi à temps partiel, mes cours et mes révisions, j’ai fini par arrêter de crayonner. Seulement, coucher mes histoires sur du papier me manquait et après quatre ans sans toucher un crayon, j’avais énormément perdu en dessin, je me suis retrouvée dans l’incapacité de reprendre ; j’ai donc pallié cette perte en écrivant des histoires.

     

    2) Qu’est-ce que cela vous apporte ?

    Cela me permet de me vider la tête. Depuis aussi longtemps que je me souvienne, j’ai toujours imaginé des histoires… des histoires entêtantes qui ne me quittaient pas – pas évident de se concentrer dans ces conditions ! Heureusement, cela m’a appris à faire plusieurs choses en même temps.
    Une fois l’histoire achevée, cela laisse la place à une autre et ainsi de suite.

     

    3) J’imagine bien le parcours du combattant qu’il faut mener pour être publié dans une Maison d’Edition. Racontez-nous, les différentes démarches que vous avez dû entreprendre.

    Ne sachant trop par où commencer, n’étant pas dans le milieu de l’édition et n’ayant aucun ami auteur, j’ai d’abord envoyé mon manuscrit les Brumes du Sortchor à un concours : celui de Nouvelles Plumes. Le but pour moi était surtout d’avoir un avis neutre sur mon histoire. Les retours étant excellents, je me suis mise en quête d’une maison d’édition.

    J’ai bien entendu commencé par les plus connus sans trop d’espoir. Puis, je me suis mise en quête d’une petite maison d’édition qui me donnerait ma chance.

    Le plus difficile n’a pas été d’être publiée puisqu’à la première soumission chez Anyway Éditions, mon manuscrit a été accepté, le plus ardu était de trouver une maison d’édition qui acceptait encore les soumissions. Beaucoup sont submergées et n’ouvrent leurs portes qu’à certaines époques de l’année.

    J’ai eu beaucoup de chance que cela ne me prenne pas des années. Mais maintenant que c’est fait, je me rends compte que c’était presque le plus simple : faire connaître sa saga est un travail bien plus long et plus compliqué que je ne me l‘imaginais.

     

    4) Cela fait combien de temps que vous êtes auteure ?

    Ouh là, c’est une question délicate !

    Pour être auteure, faut-il être publié ? Dans ce cas, je le suis depuis septembre 2016, à la sortie du premier tome des brumes du Sortchor. Encore maintenant, je ne suis pas certaine d’avoir la légitimité pour me dire auteur.

    Si pour se considérer auteur, il suffit d’inventer et d’écrire des histoires, je le suis depuis une quinzaine d’année.

     

    5) De quelle manière procédez-vous, lorsque vous vous lancez dans un nouveau projet ?

    Lorsque je commence un nouveau projet, j’écris d’abord un vague synopsis retraçant l’histoire. Puis je développe les personnages principaux : leur apparence, leur historique, les relations qui les lient. Quand le récit se situe dans un monde imaginaire, je mets en place un contexte géographique, politique, social. Souvent, cela évolue au fur et à mesure, puis je me lance dans l’écriture.

     

    6) En ce qui concerne votre saga « Les brumes de Sortchor » qui sont des romans Fantasy, j’imagine qu’il a fallu que vous fassiez de nombreuses recherches. Comment vous êtes-vous organisée et combien de temps cela vous a pris ?

    Oh, oui, j’ai passé un temps monstrueux sur ma saga les brumes du Sortchor que ce soit pour l’écriture ou les recherches ; c’est probablement mon travail le plus abouti, aucun ne pourra l’égaler pour deux raisons : j’ai passé de nombreuses années sur la rédaction de ce roman et je n’ai malheureusement plus autant de temps à consacrer à l’écriture.

    J’ai rédigé pendant une année entière le premier jet, au rythme d’une heure par jour : un récit basique et totalement inintéressant.

    Ensuite, j’ai retravaillé, pendant des mois, les personnages et les relations qu’ils entretenaient les uns avec les autres puis je me suis amusée à lier tous les événements entre eux en jouant avec la chronologie. Une seconde année s’est écoulée.

    Une fois cela fait, je me suis sérieusement lancée dans diverses recherches, tout en prenant des notes. J’ai regardé beaucoup de films afin de m’imprégner de l’ambiance sombre que je souhaitais donner à mes romans. J’ai aussi vu énormément de documentaires sur les animaux, sur les fonds marins mais également sur les différentes régions climatiques qu’abrite la Terre que ce soit les déserts ou des contrées arctiques ; des étendues qui m’ont inspirée.

    En parallèle, je me suis plongée dans de nombreux ouvrages, notamment sur l’architecture : il me manquait les mots, je les ai cherchés et j’ai joué avec les textes afin qu’un lecteur lambda puisse comprendre les descriptions.

    L’écriture de cette saga a duré presque cinq ans sachant que les trois dernières années j’y travaillais au rythme de six heures par jour en semaine et les week-ends, cela pouvait aller jusqu’à dix heures.

     

    7) À ce sujet, je crois savoir que vous avez utilisé « Les brumes de Sortchor » pour en faire un jeu de rôle. Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots en quoi cela consiste ?

    C’était en effet un projet que j’avais, histoire de le faire jouer par une association et d’en faire découvrir le monde.

     Le principe en est simple : un maître de jeu fait jouer un scénario à des joueurs selon des règles établies. Ils incarnent des personnages qu’ils ont pu personnaliser en fonction du sexe, de la classe choisis dans le livre de règle. Pour ce faire, ils ont des feuilles de personnages et selon les situations, ils doivent faire des jets de dés. Bien sûr, cela se joue autour d’une table.

    J’avais pris pas mal de notes et j’avais bien avancé dessus malheureusement, suite à un souci de téléphone, j’ai perdu mes notes. Donc j’ignore si j’aurai le courage de recommencer.

     

    8) Quels sont vos futurs projets ?

    J’ai plusieurs manuscrits en cours et des projets en attente.

    J’ai terminé en début d’année l’écriture en vers d’un livre pour enfant dont le thème est la différence ; il ne me reste plus qu’à trouver un illustrateur ou une illustratrice qui souhaiterait se lancer dans l’aventure à mes côtés.

    J’avais également commencé à écrire un roman sur les super-héros mais je bloque dessus et ne suis pas satisfaite de la tournure que cela prend ; plus jeune, j’étais fan de comics mais c’est une période un peu lointaine, j’ai besoin de me replonger dedans, ce que je ferai lors de mes prochaines vacances. Je l’ai mis en pause.

    En attendant, j’ai bien avancé dans mon roman sur les MMORPG, au rythme d’un chapitre tous les deux ou trois jours. J’espère l’avoir terminé d’ici trois ou quatre mois.

    En 2017, j’avais écrit deux nouvelles que je compte reprendre et étoffer : un texte jeunesse que je compte développer un peu mais cela restera une nouvelle. Et un conte en fantasy que j’aimerais détailler jusqu’à en faire un roman one-shot.
    Si j’arrive à faire tout cela cette année et à trouver une ou des maisons d’édition, je serai heureuse.

     

    9) Vous exercez une profession indépendamment de votre métier d’écrivaine, comment trouvez-vous le temps de tout mener de front ?

    Honnêtement, jusqu’à cette année, j’étais incapable de mener de front mon emploi d’assistante maternelle et celui d’auteure. Quand on travaille de 8h à 18h45, difficile de trouver le temps.

    Cette année, je m’astreins à un emploi du temps sévère. Je profite des siestes des enfants du matin et de l’après-midi pour écrire, m’occuper de mon blog littéraire ou de mes différentes pages. Tout cela en regardant des films ou des séries qui demandent peu de concentration. Alors bien sûr, il y a des contretemps, ce qui est frustrant, mais dans l’ensemble, j’y parviens et cela me fait beaucoup de bien.

     

    10) Selon vous quelles qualités faut-il posséder pour s’investir sans relâche dans l’écriture ?

    Selon moi, l’écriture est une passion exigeante qui demande du temps et une énergie pharamineuse.

    Il faut avoir une imagination débordante mais pas que… un minimum de rigueur est nécessaire soit pendant la rédaction pour ne pas trop s’éparpiller, soit après pour tout regrouper au mieux.

    Sans parler d’une certaine connaissance de la langue : corriger son travail est un boulot titanesque et même au bout d’une énième correction, on trouve toujours des coquilles ce qui est rageant.

    À cela, il faut rajouter une maîtrise des différents logiciels d’écriture et de la mise en page.

     

    11) Quelles sont vos priorités dans la vie quotidienne ?

    Dans ma vie quotidienne, mes priorités vont avant tout à ma famille, surtout mes enfants et mon chat, mais également à mes amis… si je peux aider, je le fais volontiers sacrifiant de mon temps comme de mes loisirs.

    Mon travail est également important pour moi, c’est un métier épuisant, néanmoins je le pratique avec passion.

     

    12) Je crois savoir que vous avez une voire d’autres passions dans la vie. Quelles sont-elles ?

    En effet, j’ai énormément de passion dans la vie ce qui est difficile à concilier au quotidien. J’aime beaucoup tricoter en regardant des séries.

    J’apprécie particulièrement de jouer à des jeux de rôle avec mes amis, que ce soit en tant que joueuse ou en tant que maître de jeu.

    J’adore lire et jouer aux jeux vidéos, surtout ceux en ligne comme Lineage 2.

     

    13) Le jeu vous inspire-t-il des intrigues pour vos romans ?

    Il ne faut pas se leurrer, bien sûr que les jeux ont été source d’inspiration dans mes romans, au même titre que la lecture, les films et les séries. Ce ne sont pas mes seules muses, mais un peu quand même. Et puis, quand tu es maître de jeu et que tu écris toi-même tes propres scénarios, ça t’aide à monter de toute pièce tes synopsis de roman.

     

    14) Quel type de lectrice êtes-vous ?

    Je suis devenue une lectrice très hétéroclite. Je viens d’un cursus L donc pendant longtemps, tout ce qui ne faisait pas partie des grands classiques de la littérature ne m’a jamais attirée. Puis j’ai essayé la fantasy avec Eddings et j’ai adoré. C’est alors que j’ai tenté d’autres genres. Maintenant, je lis de tout, à part romance et policiers parce que je trouve ces lectures  souvent prévisibles et ça finit par m’énerver.

     

    15) Avez-vous envisagé d’écrire le tome 3 « Des brumes de Sortchor » ?

    Oui, j’avais commencé l’écriture du troisième tome des brumes du Sortchor, néanmoins je n’ai pas continué. J’ai le synopsis en tête mais je crois que j’ai passé tant de temps et d’énergie à essayer de faire connaître les deux premiers tomes que cela m’a découragée, surtout qu’il n’est pas réellement nécessaire puisque le second, Sept, se conclue sur un véritable épilogue. J’avais également prévu une préquelle à trois voix avec les sœurs Hastori, mais là également, n’étant pas obligatoire, il restera probablement à l’état de projet.

     

    Merci Morgane d’avoir bien voulu m’accorder cette interview et d’y avoir répondu avec beaucoup de gentillesse et de simplicité. Je vous en remercie chaleureusement et je vous souhaite beaucoup de succès dans vos projets à venir.

    Merci, Pat de m’avoir donné la chance de m’exprimer avec cette interview. Je te souhaite encore de belles lectures et de sympathiques rencontres avec d’autres auteurs.


    votre commentaire
  •  

    Interview de Tessa Nauvel le 14 Novembre 2017

     

    J’ai rencontré Tessa sur SimPlement Pro, une plateforme qui met en contact, chroniqueuses littéraires et auteurs. Elle m’a proposée le service presse de « Un nouveau monde tome 1 l’unification » et « Un nouveau monde tome 2 L’intégration » qui sont terminés et en vente. Je dois dire que l’univers qu’elle a créé autour de ses personnages m’a totalement fascinée. Elle travaille actuellement sur le dernier opus de sa trilogie. Elle a gentiment accepté ma proposition d’interview et je l’en remercie chaleureusement.

     

      Bonjour Tessa.

     Bonjour Patricia.

     

    1) Vers quel âge avez-vous éprouvé le besoin d’écrire ?

    A vraiment écrire des histoires, c’est entre 13 et 14 ans. Avant, je dessinais beaucoup, portrait, paysage, objets, espace volume, une sorte d’architecture primaire on va dire… Puis, j’ai dévié vers l’écriture, l’imaginaire.

     

    2) Cela s’est imposé à vous comme une évidence ? Où s’est-il produit un élément déclencheur ?

    Comme une évidence, je dois dire. J’avais envie d’écrire ce que j’imaginais alors je le faisais. A cet âge, je ne me posais pas la question. En grandissant, l’envie était toujours là mais les aléas de la vie et le quotidien m’ont accaparée très longtemps.

     

    3) Comment arrivez-vous à trouver l’inspiration ? La trame de votre histoire est-elle plus ou moins prête, lorsque vous commencez un roman ? Ou bien, l’inspiration arrive au fur et à mesure ?

    Je ne sais pas trop mais ça me vient comme ça pour certaines histoires et d’autres, c’est à un moment, une scène dans une série, un film, un clip et même des chansons… La trame est souvent toute tracée, surtout pour mes anciennes histoires, et d’autres, c’est un préliminaire de l’histoire tout d’abord, puis elle s’étoffe d’évènements que je griffonne sur un calepin pour ne pas oublier. Je mets les grandes lignes par écrit, ainsi que les personnes (naissance, parents, liens avec les autres perso, caractère, surtout pour les personnages plus que secondaires). J’ai un peu aussi d’inspiration qui me vient pour d’autres passages où je me dis en relisant “Euh..il manque quelque chose”.

    Pour répondre clairement, c’est un peu des deux… Suis-je un ovni ?

     

    4) Actuellement, vous travaillez sur une trilogie fortement documentée, combien de temps avez-vous consacré à ces recherches ?

    Fortement, je ne sais pas, mais je me suis mise à fouiller le net et les documentaires écrits et vidéos pour certains passages de mon histoire, faire des vérifications sur telle ou telle chose, comme les centrales nucléaires, le carburant et sa production dans un futur où la technologie n’a plus la même abondance et accessibilité, une luxation d’épaule… Idem pour mon futur projet…

     

    5) Quelles sont d’après vous les principales qualités qu’il faut posséder pour écrire et essayer d’en faire son métier ?

    Essayer oui, c’est bien le mot ^^ L’imagination tout d’abord, savoir faire ressentir des émotions diverses par l'écriture, beaucoup de ténacité et sans être narcissique à outrance… une certaine confiance en ses écrits. Bon oui, faut savoir écrire aussi mais ça je pense que tout le monde le sait. On aura beau être une lumière au firmament en français, bien au-dessus de tous, si l’imagination et le ton de la plume propre à chaque auteur est proche du néant... on ne soulèvera que l’indifférence la plus profonde. En tout cas, ne jamais baisser les bras, que vous êtes maman, papa au foyer ou non, jeune, plus âgée, si vous rêvez de faire vibrer des lecteurs, c’est que vous avez déjà fait un pas vers ce “métier”. Ce n’est bien sûr que mon humble avis.

     

    6)  Le tome 3 de votre trilogie est en cours d’écriture, pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

    Il sera le plus beau, le plus intense, le plus addictif, le plus majestueux et le plus intéressant de tous les livres de l’Univers tout entier !!!!… Euh… oupss on dirait bien que je me suis emportée, non ? Nan, je déconne, on verra quand il sera lu…

     

    7) Combien d’heures de travail consacrez- vous par jour pour mener à bien votre projet ?

    Pfiouuuuuuuu! Alors là, je ne compte plus les heures...

    Trop d’heures sans doute mais c’est en étant à fond que l’on fait avancer le schmilblick. Mon projet n’est pas qu’écrire… Être dans l'auto-publication est comme un boulot à temps plein, fatiguant donc, alors j’imagine même pas celles et ceux qui travaillent à temps plein et auto-publient leur ouvrage…

     

    8) Dans la vie, êtes-vous plutôt cartésienne ou ouverte à des possibilités d’existences qui nous dépasse ?

    Ouverte d’esprit, je ne suis pas fermée. Du reste, il y a des choses que la science ne peut expliquer mais je ne suis pas non plus naïve. Je ne prends pas pour argent comptant tout ce qui se dit sur net et compagnie...

     

    9) Quelle place prend l’écriture dans votre vie quotidienne ? Diriez-vous que c’est une passion ? Un exutoire ?

    Une passion qui prend beaucoup de place, de temps, de concentration et d’énergie.

     

    10) D’après vous, quels sont vos principales qualités et défauts ?

    Rho ben c’est difficile de répondre…, je suis pas tout à fait neutre envers moi-même mais bon allons-y! Principales qualités : déterminée, honnête, sensible…

    Et principaux défauts : sensible (oui ce n'est pas toujours un bien-être de l’être), état d’esprit “sombre” par moments car j’aime la solitude avant tout, ça me ressource et après je ne sais pas trop… je dirais un brin possessive.

     

    11) Vous êtes actuellement une auteure auto éditée, pensez-vous dans l’avenir proposer vos ouvrages aux maisons d’éditions.

    Je mentirais en disant que je n’y ai pas songé avant et encore maintenant.

     

    12) Après cette trilogie, avez-vous une idée précise d’un éventuel prochain roman ? Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

    J’en ai plein… dans ma tête car je n’ai pas gardé mes “gribouillis” d’autrefois. Plus concrètement, j’ai un projet juste après le dernier tome d’Un nouveau Monde. Son avancement est presque achevé, c’est un 1er tome de + de 400 pages. Il me reste encore 3 chapitres à écrire, peut-être 4. J’essaie de faire moins long pour mes futurs ouvrages mais c’est pour moi un peu dur. Je suis du genre à beaucoup développer et mettre des évènements en plus qui servent l’histoire ou la rende plus “palpitante”. Cette histoire devait être déclinée originellement en 2 tomes, mais vu la “quantité”, elle sortira je pense, en 3 tomes. C’est une romance contemporaine, érotique mais pas que, comme je dis souvent.

     

    13) Quelles sont vos priorités dans votre vie quotidienne ?

    Mes écrits et mes écrits… Mes enfants et mes enfants...

     

    14) Où vos lecteurs et lectrices peuvent se procurer vos romans ?

    Sur Amazon, Kobo et Bookelis.

     

     

    Merci Tessa d’avoir répondu à toutes les questions avec autant de simplicité et de gentillesse.

    Je vous souhaite de réussir à mener à bien tous les projets qui vous tiennent à cœur.

     

    Mon mot :

    C’est moi qui vous remercie chaleureusement, Patricia, d’avoir pensé à moi pour cette interview.

     

     

      

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique