• Juste une semaine de Kelly Nina

     

    Juste une semaine de Kelly Nina

    Catégorie : Romance New-Adult

     

    Juste une semaine de Kelly Nina

    Résumé :

     

    Sept jours à cohabiter. Sept jours pour résister à la tentation ? ou y céderLorsque Charlotte a accepté de

    garder les enfants de sa meilleure amie, Noémie, dans la maison de cette dernière, elle n'imaginait pas qu'elle

    devrait en plus cohabiter avec la tentation faite homme. Déjà, l'idée de sacrifier sa semaine de congés

    durement gagnés pour jouer les baby-sitters ne l'enchantait que moyennement ; Sophie et Louis sont

    adorables, mais, à respectivement quatre ans et six mois, on a tendance à pleurer un peu trop et à dormir trop

    peu. Tout ce qu'elle voulait, c'étaient quelques jours de calme, mais, dès l'arrivée de Matthias, le frère de

    Noémie, elle a compris que cette semaine ne serait définitivement pas de tout repos. Car son nouveau

    colocataire est aussi séduisant que renfrogné. Ils ne sont d'accord sur rien, sauf sur une chose : la tension

    sexuelle qui les pousse l'un vers l'autre va être très difficile à contenir une fois les enfants couchés ? A propos

    de l'auteur : Parisienne depuis toujours, Nina Kelly exerce le métier d'infirmière depuis quatorze ans. Mère

    de famille, elle est mariée à un homme très patient qui tolère toutes ses activités : fabrication de savonnettes,

    tricot, broderie, etc. Dévoreuse compulsive de romances, elle adore raconter des histoires et parsème ses récits

    de beaucoup d'humour.

     

    Juste une semaine de Kelly Nina

     

     

    J'ai tout d'abord été séduite par le résumé et par la couverture de ce livre. Il me tardait de découvrir cette

    romance, je n'ai pas été déçue une seule seconde. J'ai beaucoup aimé le style d'écriture de l'auteure, fluide,

    additive et agréable. Nous faisons la connaissance de Charlotte infirmière aux urgences qui va porter

    secours à son amie Noémie. Elle s'engage durant ces vacances à venir s'occuper des enfants de son amie.

    Cependant, une surprise l'attend dès son arrivée ! Cet imprévu s'appelle Mathias…

    Charlotte n'a pas l'intention de se laisser séduire, elle n'est là que pour une seule chose, garder Sophie et

    son petit frère Louis.

    Je me suis très vite prise d'empathie pour les personnages principaux. Caractères totalement différents et

    pourtant très attachants.

    Des situations cocasses, des réparties totalement adéquates. Charlotte et Mathias arriveront-ils à une entente

    cordiale ? Ou devront-ils se chamailler tout au long du récit ?

    Au fil des pages, j'ai pris de plus en plus de plaisir à suivre les destins croisés de nos héros. Chacun lutte

    pour rester à sa place et ne pas sortir des sentiers battus. Pourtant, Charlotte ne serait-elle pas légèrement

    attirée par ce bellâtre qui n'est autre que le frère de Noémie. Quant à Matthias, qui se cache-t-il réellement

    derrière ce garçon bourru ? Dans le fond, ils ne sont peut-être pas aussi différents qu'il n'y paraît ?

    Une semaine c'est long et court à la fois. Il peut se passer beaucoup de choses durant ce laps de temps.

     Que désirent-il vraiment ? Le savent-ils seulement ? Ils habitent loin l'un de l'autre, mais si l'amour venait

    frapper à leur porte, accepteraient-ils de remettre leurs convictions en question ?

    J'ai adoré cette histoire qui m'a touché. En l'espace de quelques jours nos protagonistes ont formé une famille

    pas comme les autres. L'auteure a le sens de l'humour,  nous concocte des réparties tout à fait appropriées

    qui m'ont vraiment fait craquer. Une histoire simple mais belle… Qu'adviendra-t-il de l'avenir de Charlotte

    et Mathias ? Pour le savoir n'hésitez pas à lire ce roman touchant.

    Il fera parti sans aucune hésitation de mes coups de cœur.

     

    Extraits et citations :

     « – Excusez-moi, mais je vais devoir crier,  les prévint-elle en se tournant vers eux. Mme Lacroix, où

    avez-vous mis vos appareils la dernière fois ? hurla-t-elle à l'oreille de celle-ci.

    Sa patiente lui adressa un regard interloqué.

    – Comment ça j'ai froid ? Mais non, je n'ai pas froid ! Je ne veux pas d'une couverture, je veux mais

    appareils !

    Charlotte eut une envie irrépressible de se taper la tête contre le mur. »

     

    « – Charlotte, rétorqua-t-il avec froideur. Ne fait pas d'efforts particuliers pour moi, car je n'en ferai pas

    pour toi. Si tu est là, c'est pour les enfants, alors ne t'occupe pas de moi. Chacun s'occupe de ses affaires

    et ce sera une semaine parfaite. »

     

    « Mathias leva la main pour la stopper et soupira.

    – Je peux déduire de tout ton… (Il fit un geste de la main.) De tout ton bla-bla ce n'est pas toi qui l'as

    mis dans le panier.

    Charlotte prit un air outré.

    – Moi ! s'exclama-t-elle. Jamais de la vie !

    – Jamais de la vie quoi ? ironisa-t-il. Jamais de la vie, je n'ai de relations sexuelles ? jamais de la vie,

    j'utilise des capotes ? jamais de la vie, j'utilise…

    Il attrapa la boîte pour la regarder.

    – J'utilise des préservatifs fluorescents ?

    Charlotte se retint de lui prendre le paquet des mains. Ils vendaient sa super marché ? »

     

    « – C'est quoi les « couilles » ? demanda Sophie qui avait semblé trop intéressée par la collection de dessous

    de verre de Marguerite pour l'écouter.

    Alors que Marguerite ouvrait la bouche pour répondre, Charlotte la coupa dans son élan :

    – c'est quelque chose qui te sera utile… ou pas plus tard. Ce n'est pas important pour l'instant. »

     

    « Et je me suis rendu compte que je voulais virer ma pseudo-cellulite à cause d'un connard d'ex qui 

    m'avez fait une remarque.

    Perdue dans ses pensées, elle observait les arbres de l'autre côté de la rue.

     – Et tu en as conclu ? lui demanda-t-il, le rire dans la voix.

    – Les rapports sexuels dans le noir.

    Il la dévisagea avec perplexité.

    – Comme ça, pas besoin de se soucier de la cellulite !

    Il s'esclaffa. »

     

    « – Tu ne te lèves pas ?

    – C'est-à-dire après le spectacle que je viens de voir, j'aurais du mal à expliquer à Sophie l'État de

    bas-ventre.

    Charlotte sourit. Elle n'était pas peu fière de l'état dans lequel elle le mettait.

    – OK. Je te laisse… dégonfler, ajouta-t-elle en riant. »

     

    « – Et comment tu te sens ? demanda-t-elle, inquiète.

    – Sou-la-gée ! ! ! ! ! ! s'exclama son amie. Je n'aurai plus à supporter que ce con libidineux me reluque à

    chaque fois que je me croise. »

     

    @KELLY NINA

    Juste une semaine de Kelly Nina


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :