• L'amour dure trois ans de Frédéric Beigbeder (LC avec Marie)

     

    L'amour dure trois ans de Frédéric Beigbeder (LC avec Marie)

    Catégorie : Littérature Française

     

    L'amour dure trois ans de Frédéric Beigbeder (LC avec Marie)

     Résumé :

     

    " Au début, tout est beau, même vous. Vous n'en revenez pas d'être aussi amoureux. Pendant un an, la vie

    n'est qu'une succession de matins ensoleillés, même l'après-midi quand il neige. Vous écrivez des livres là-

    dessus. Vous vous mariez, le plus vite possible - pourquoi réfléchir quand on est heureux ? La deuxième

    année, les choses commencent à changer. Vous êtes devenu tendre. Vous faites l'amour de moins en moins

    souvent et vous croyez que ce n'est pas grave. Vous défendez le mariage devant vos copains célibataires qui ne

    vous reconnaissent plus. Vous-même, êtes-vous sûr de bien vous reconnaître, quand vous récitez la leçon

    apprise par cœur, en vous retenant de regarder les demoiselles fraîches qui éclairent la rue ? La troisième

    année, vous ne vous retenez plus de regarder les demoiselles fraîches qui éclairent la rue. Vous sortez de plus

    en plus souvent : ça vous donne une excuse pour ne plus parler. Vient bientôt le moment où vous ne pouvez

    plus supporter votre épouse une seconde de plus, puisque vous êtes tombé amoureux, d'une autre. La

    troisième année, il y a une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne nouvelle : dégoûtée, votre femme vous

    quitte. La mauvaise nouvelle : vous commencez un nouveau livre. "

     

    L'amour dure trois ans de Frédéric Beigbeder (LC avec Marie)

     

    Je ne connaissais pas du tout cet auteur, mais j'ai souvent entendu parler de ce fameux titre. Que dire ?

    C'est une lecture légère, agréable très utile pour se vider la tête mais elle nous amène tout de même à nous

    poser des questions.

    L'auteur, car dans ce cas précis il parle en son nom est persuadé que l'amour dure trois ans. Cet ouvrage

    est en quelque sorte « un carnet de bord » sur le cheminement de la façon dont ils voit la vie, l'amour, le

    mariage. Il avance des théories  totalement persuadé qu'il en est ainsi. Le lecteur ou la lectrice le suit

    dans son raisonnement est fini par s'interroger. Personnellement, j'ai pensé qu'il risquait de passer à côté

    de son destin à force de rester figé dans ses certitudes. Il n'y a pas de loi, il n'y a pas de règle dans ce domaine 

    les couples se  forment, s'aime, se quitte parfois ou reste unis jusqu'à ce que la mort les séparent.

    Au fil des pages, nous découvrons comment ce dernier voit les choses, il fait des prévisions, comme un

    voyant, il est absolument sûr de ce qu'il avance. N'est-ce pas le meilleur moyen de rater son mariage ?

    De passer à côté des plus belles choses de la vie ? Cette affirmation peut complètement changer le cours

    de son existence. Pour réussir, il devra lâcher prise et vivre le moment présent mais en sera-t-il capable ?

    J'ai passé un bon moment, un roman agréable à prendre au  second degré. Un livre qui détend et qui

    surprend également devant une telle persévérance dans sa croyance. Nous savons tous que la passion ne dure

    pas  éternellement mais de là à prendre autant de risques, il peut passer pour un hurluberlu. 

    En conclusion je dirai que j'ai apprécié cette lecture par son côté particulier, son humour, le sens des

    réparties.

     

    Extraits et citations :

     « La troisième année, il y a une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne : dégoûtée, votre femme vous

    quitte. La mauvaise nouvelle ; vous commencez un nouveau livre. »

     

    « On dit souvent « qu'il faut sauver les apparences ». Moi je dis qu'il faut les assassiner car c'est le seul

    moyens d'être sauvé. »

     

    « La première année, on dit : « Si tu me quittes, je me tue. »

    La seconde année, on dit : « Si tu me quittes, je souffrirai mais je m'en remettrai. »

    La troisième année, on dit : « Si tu me quittes, je sabre le Champagne. »

     

    « La première année, on achète des meubles.

    La deuxième année, on déplace des meubles. 

    La troisième année, on partage les meubles. »

     

    « Que nous propose ce monde ? De la naissance à la mort, on branche de nos vies sur pilotage automatique,

    et il faut du courage surhumain pour dévier le cours. »

     

    « Vous savez que vous allez faire souffrir, que vous préféreriez l'éviter, qu'il faudrait raisonner, attendre,

    réfléchir, mais « Partir », « Partir ! » Est plus fort que tout. Tout recommencer à zéro. La case « départ »

    promet tellement. »

     

    « Ce qui m'étonne le plus, c'est de voir à quel point mon amour pour Alice a remplacé celui que j'éprouvais

    pour Anne, comme si les deux histoires étaient des vases communicants. Je suis horrifié d'avoir si peu

    hésité. Il n'y aura pas de vaudeville, pas de dilemme entre la  « légitime » et l'amante, simplement un être

    qui prend la place d'un autre, en douceur, sans faire de scandale, comme si on entrait dans  mon cerveau

    sur la pointe des pieds. Ne peut-on pas aimer quelqu'un au détriment de personnes ? C'est certainement ce

    crime que je paye maintenant… »

     

    « Avant de m'endormir, j'accomplis enfin le geste révolutionnaire : je retire ma montre. Pour que l'amour

    dure toujours, il suffit de vivre hors du temps. »

     

    « J'ai regardé ma montre : il était 23h59. Encore 60 secondes, et nous serons fixés. »

     

    @Frédéric Beigbeder

                                        L'amour dure trois ans de Frédéric Beigbeder (LC avec Marie)

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Khanel
    Dimanche 13 Novembre 2016 à 12:29
    Une belle critique. J'ai du mal en ce moment à rester concentrer sur les lectures. Je ne suis pas arriver à rentrer dans l'histoire
      • Patpepette
        Dimanche 13 Novembre 2016 à 13:04

        Tu en as quand même dit l'essentiel il confond la passion et l'amour au risque de gâcher sa vie.

    2
    Mardi 29 Novembre 2016 à 20:50

    pas du tout le meme avis que Marie

     je l'ai dans ma PAl un de ces 4..

     

      • Mercredi 30 Novembre 2016 à 08:38

        C'est une lecture agréable, légère à condition de ne pas le prendre au premier degré, cela fait du bien de temps en temps.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :