• L'empire des auras de Nadia Coste

     

    L'empire des auras de Nadia Coste

     

    Catégorie : Science-fiction  Jeunesse

     

    L'empire des auras de Nadia Coste

     Résumé :

     

     

    2059.

    Les individus sont maintenant classés en fonction de leur aura : les bleus ont tous les privilèges ; les rouges,

    décrétés dangereux, sont exclus du pouvoir.

     

    Avec son aura bleue, Chloé, elle, a été éduquée dans la méfiance des rouges. Obligée de quitter son lycée privé

    bleu pour un établissement public mixte, ses idées reçues ne tardent pas à être remises en cause. Car à

    l'évidence, certains rouges ne sont pas aussi mauvais qu'elle le croyait.

     

    Lorsque sa propre aura commence à se modifier, Chloé est rejetée par sa famille. Et bien obligée de prendre

    position.

     

    Et si les auras, finalement, n'étaient qu'un prétexte utilisé par les puissants pour justifier une société de plus

    en plus inégalitaire ?

     

    L'empire des auras de Nadia Coste

     

    Tout  d'abord je tiens à remercier masse critiques Babelio et les éditions du Seuil Jeunesse de m'avoir

    permis de lire ce livre. J'apprécie particulièrement la catégorie new adult mais  je précise que  ce genre

    littéraire s'adresse davantage à un public adolescent, bien entendu j'ai largement passé l'âge ....

    C'est la première fois que j'ai l'opportunité de découvrir un roman de  Nadia Costes qui nous offre un

    récit qui nous fait s'interroger sur des sujets sensibles. Malgré que l'action se situe en 2059 et qu'il

    s'agisse bien entendu de science-fiction, le thème abordé est inimaginable.

    En effet, le monde a changé et chaque individu possède une aura, les bleus sont considérés comme

    irréprochables et les rouges sont quasiment bannis de la société.

    Chloé intègre un nouveau lycée mixte, elle va devoir se confronter aux bleus auquel elle appartient

    ainsi qu'aux rouges (attention danger).

    L'auteur nous livre un récit fluide agréable à lire, et même si j'ai analysé  cette œuvre avec un regard

    d'adulte, j'ai été fortement interpellé car cette nouvelle manière de vivre  engendre davantage de problèmes

    de ségrégation, de rejets, de violence sur des faits complètement infondés. Des parents peuvent même

    renier leurs propres enfants… Les techniques ont évoluées mais les mentalités sont devenues effroyables.

    Je me suis interrogé, en me disant : « oh mon Dieu et si c'était ça le monde de demain ? ». Ou va

    s'arrêter la bêtise humaine ? Les individus ne font que  s'épier les uns les autres, des suspicions se produisent

    à tous les coins de rue… La préoccupation principale est d'être bleu et de ne pas virer au rouge.

    Nous avons affaire à une  bande d'adolescents qui vivent dans la peur, pour ne pas  dire la terreur de

    voir leur aura changer progressivement. Quels facteurs seraient responsables  d'un éventuel changement ?

    Là est la question ? Vivre dans de telles conditions ne risque-t-il pas d'engendrer de la rébellion ?

    Et si les principes de base étaient complètement erronés ? Que pourrions-nous faire pour éviter un tel

    carnage psychologique ? Est-ce que cette lutte quotidienne prendra fin tout ou tard ? Peut-être, mais à

    quel prix ?

    Malgré que ma période adolescente soit très loin derrière moi, j'ai trouvé ce roman  intéressant par

    rapport à tous ces questionnements concernant cet avenir effroyable. Nous ne pouvons pas sortir indemne

    d'une telle lecture, j'en suis restée choquée en espérant qu'un tel scénario n'arrive jamais. Cela  n'enlève

    en rien la qualité d'écriture  de Nadia Costes. Ce roman se lit très vite et une fois commencé, il m'a été

    difficile de décrocher sans  connaître la fin.

    En conclusion, j'ai trouvé de l'intérêt à l'histoire malgré son côté dérangeant. L'auteure m'a permis de

    connaître un nouveau style de d'écriture que je n'avais jamais eu l'occasion d'explorer auparavant.

     

     Extraits et citations :

     «Fait numéro un : la très grande majorité des personnes en prison, les meurtriers, les voleurs, les terroristes,

    etc… avait l'aura rouge. 

    Fait numéro deux : une fois l'aura de menus entièrement rouge, plus aucune fluctuation d'aucune sorte

    ne la touchait La bascule était définitive. »

     

      «Chloé dissimula la panique qui l'a gagnait. Mais c'était un changement tout de même. Le premier qui

    annonçait sa possible bascule. » 

     

      «Le souvenir de sa mère la forçant à prier en lui récurrent les mains la fient frissonner. Qu'est-ce que

    ce serait la prochaine fois ?  Le couvent ?  »

     

    «  - Je ne te reconnais plus, ma petite fille.

    Mais que Chloé entendit  « tu va trop changer pour être encore ma fille. »

     

    «  Elle savait  que le Dr Peysson dissimulait des secrets, mais ne s'attendait pas à ce qu'ils aient une

    telle ampleur. » 

     

    «  C'est bien, se dit Chloé, la vérité se fait entendre. »

     

      «C'est notre fille,  gronda-t-il. Et je ne sais pas, toi, mais moi je ne suis pas fier de l'avoir abandonné quand

    elle avait besoin de nous ! »

     

    @ Nadia Coste

     

    L'empire des auras de Nadia Coste

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :