• LC Avec Gaëlle et Maribel Sujet 375 de Nikki Owen

     

    Catégorie Thriller

    LC Avec Gaëlle et Maribel   Sujet 375 de Nikki Owen

    Résumé :

    Quand la vérité est mensonge...

     

    Entrez dans ce thriller psychologique à l'intrigue diabolique, où la tension monte au fil des pages jusqu'à

    devenir insupportable.

     

    " Je suis le Dr Maria Cruz-Banderras et je suis – enfin, j'étais – spécialisée en chirurgie réparatrice. J'ai 33

    ans. Lieu de naissance : Salamanque, Espagne. Ah, et je suis accusée du meurtre d'un prêtre catholique. "

     

    Maria Cruz-Banderras est en prison. Si elle est convaincue d'être innocente des faits qui lui sont reprochés,

    toutes les évidences sont contre elle. Son alibi ne tient pas la route et les tests ADN confirment qu'elle était

    bien sur les lieux du crime au moment du meurtre. Atteinte du syndrome d'Asperger, Maria se souvient de t

    out... sauf de ce qui la concerne intimement. Auprès des thérapeutes, elle va puiser dans ses facultés uniques

    pour tenter de se remémorer son passé récent.
     

    Les bribes qu'elle essaie de reconstituer ne semblent pas faire sens. Sauf à croire à des années de mensonges et

    de faux-semblants. Ce qui est, bien sûr, totalement impossible. À moins que...
     

    Trauma, amnésie, menace latente... Le roman de Nikki Owen entraîne le lecteur dans un véritable cauchemar

    éveillé. Êtes-vous prêts à vous y risquer ?

     

    LC Avec Gaëlle et Maribel   Sujet 375 de Nikki Owen

     

    Nouvelle découverte intéressante avec ce roman qui à priori est le premier volume d'une série de trois opus.

    Il va donc falloir patienter pour connaitre la suite de l'histoire... Maria se retrouve en prison accusée du

    meurtre d'un prêtre... Elle a des flashs, des souvenirs qui viennent et qui repartent, des visions..... Que ce

    cache-t-il derrière tout cela ? On lui dit qu'elle a le syndrome d'Asperger, qu'elle ment, qu'elle souffre de

    paranoïa et la liste est longue.... Maria serait-elle le sujet d'une expérience ? La prison serait-elle la seule

    façon de la mettre à l'abri ? Elle va découvrir l'impensable ..... Qu'attend-t-on d'elle ? Est-elle en danger

    où qu'elle soit ?

    Maria découvrira-t-elle la vérité ? Sera-t-elle libérée ? Peut-être ? mais pas en sécurité pour autant....

    Intrigue très bien menée, aucun temps mort..... Nous sommes embarquée dans cette aventure tambours 

    battants, ne  sachant pas où l'auteur va nous amener ?

    J'ai aimé ce récit, car je me suis attachée au personnage principale et j'ai serré les dents et tremblée en

    espérant qu'elle s'en sorte, qu'elle ne soit pas éliminée.... Totalement immergée dans cet univers particulier,

    j'étais pressée de découvrir ce qu'il se cachait derrière tout ça. Une seule question se pose, à quand la suite ?

     

    Extraits :

    « je suis arrivée dans un fourgon de police. Dix sièges, deux gardes, trois passagers. Je n'ai pas bougé de

    tout le trajet, ni parler, à peine respiré. Je suis ici maintenant,  j'essaie  de me convaincre de me calmer.

    Je parcours la pièce du regard m'attarde sur les carreaux aussi noirs que les portes. Les murs sont d'un gris

    sale. L'air sans l'urine et le nettoyant pour toilettes. »

     

    « Maria j'aimerais savoir une chose :  quand votre syndrome  d'Asperger  a-t-il été diagnostiqué ? »

     

    « Très bien, Maria, voici ce que je pense : il est possible que l'environnement carcéral affecte votre Asperger.»

     

    « Toutes ces choses que vous voyez, sentez,  entendez, les informations  que votre cerveau doit digérer. Le

    syndrome d'Asperger serait lié à une anomalie du neuro-développement susceptible d'être contrôlé par des

    influences environnementales. »

     

    « La prison modifie mon cerveau ?

    - D'une certaine manière, oui. Peut-être. Elle ne le modifie pas à proprement parler, mais elle affecte votre

    esprit. »

     

    « Elle se penche en avant. Son visage blanc comme neige se fend d'un sourire et elle tapote ma veine.

    L'aiguille  transperce ma peau et j'observe, lasse, molle, les tubes se remplirent de mon sang. »

     

    « Ma condamnation. Je baisse les yeux, examine mes doigts. Comment parler de quelque chose que je ne me

    rappelle pas avoir fait ? »

     

    « Je ne devrais pas être ici, dans cette prison, enfermée comme un spécimen que l'on regarde bouche bée, à

    qui l'ont fait  endurer, affronter ses cauchemars jour après jour, nuit après nuit. Peu importe si mon avocat

    actuel pense qu'il est vain d'essayer, j'en ai le droit. Et je le veux. La liberté, j'ai besoin de ma liberté. Car je

    doit découvrir ce qui est en train de m'arriver. Et pourquoi. »

     

    « La raison, c'est moi. Je suis la raison pour laquelle je n'ai pas d'amis. Personne ne veut être ami avec une

    handicapée sociale, une exclue, une paria. »

     

    « Avoir une amie qui me croit, qui est de mon côté, qui m'accepte telle que je suis. Pour la première fois de

    ma vie, je me sens bien. Ni mauvaise ni défectueuse. Je me sens bien. Humaine. »

     

    « Parce que c'est sérieux. Le projet m'a envoyée ici  pour te protéger. Tu n'es pas en sécurité. »

     

    « Mais paupières s'ouvrent. C'était mon observateur. Mon professeur était mon observateur et il me

    demandait  de pirater un site Internet. »

     

    « Harry se tourne vers Balthus. « Qu'est-ce que c'est ?  Qu'est-ce que ça dit ? »

    Balthus secoue discrètement la tête. « Que Maria est schizophrène. »

     

    «  Je suis à Callidus, dit-elle. Le docteur Carr veut que tu arrêtes tout. On a assez d'enregistrement. Les

    tests  sont tous confirmés et neutre.  Les oies sont sur nos traces. La NASA et dans la merde. On a besoin de

    Martinez en liberté, et de notre côté. Le moment est venu. On se voit au Projet. »

     

    « Nous proposons un programme d'entraînement expérimental. Nom de code : Projet Callidus. Son but est

    de développer et de conditionner des personnes atteintes du syndrome d'Asperger, au QI  particulièrement

    élevé, qui pourront opérer sous couverture. Le cyber-terrorisme  entre dans une nouvelle ère. »

     

    « Je suis le putain d'enfants teste. Moi. Toute ma vie. Un monstre créé par le MI5. »

     

    « Votre honneur, j'essaie seulement de prouver que sœur Mary, en attendant aussi longtemps, peut-être

    une heure, avant d'appeler les secours, a contribué à la mort de la victime. »

     

    « Je regarde l'écran. C'est moi, quittant l'hôpital. Mon esprit s'éparpille, libérant mes pensées. Les images

    existent ! Moi, sur l'écran. La preuve était là depuis le début. Je sens mon corps trembler, de légers frissons le

     parcourir. Les gens dans le public chuchotent, s'agitent, échangent des regards, fixent la télévision. Je me

     force à regarder aussi, mon visage, la preuve, est une  question se forme dans mon esprit, grandit jusqu'à

    ce que je ne puisse plus l'ignorer : pourquoi ? Et pourquoi apparaissent-elles maintenant ? »

     

    « Le président se tourne vers la clerc. Dans l'affaire de la Couronne contre le docteur Maria Villanueva,

     nous jugeons l'accusée non coupable. »

     

    « Je vais devoir  changer mon apparence. Est-ce que vous pouvez obtenir un passeport sous un autre nom

    pour que je puisse quitter le pays ?

    - J'ai un contact, Oui. Ou iriez-vous ?

    - La personne ne me  trouvera. J'aurais besoin de ce contact. »


  • Commentaires

    1
    Lundi 14 Décembre 2015 à 18:41

    pas du tout le meme avis je penche plus pour celui de Gaelle en moins severe toutefois

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :