•  

    Miss Alabama de Fanny Flagg (LC avec Marie)

    Catégorie : Roman Humoristique

     

    Miss Alabama de Fanny Flagg (LC avec Marie)

    Résumé :

    Birmingham, États-Unis. Ex-Miss Alabama, Maggie Fortenberry a pris une grande décision : elle va mettre

    fin à ses jours. Elle n'est ni malade ni déprimée, son travail dans une petite agence immobilière est plutôt

    agréable, mais elle a trouvé malgré tout seize bonnes raisons d'en finir, la principale étant peut-être que, à 60

    ans, elle pense avoir connu le meilleur de la vie.

     

    Maggie a donc arrêté la date de sa mort et se consacre désormais en toute discrétion à en régler les détails.

     

    Or, peu de temps avant de passer à l'acte, Maggie est invitée par une collègue, Brenda, à un spectacle de

    derviches tourneurs. La représentation étant dans moins d'une semaine, elle décide, pour faire plaisir à

    Brenda, de retarder l'ultime échéance.

     

    Elle est alors loin de se douter combien les jours à venir vont être riches en secrets dévoilés et en événements

    imprévus, lesquels vont lui montrer que l'existence a encore beaucoup plus à lui offrir qu'elle ne le croyait.

     

    Miss Alabama de Fanny Flagg (LC avec Marie)

     

    Cela faisait un petit moment que ce livre était dans ma PAL, nous avons choisi avec Marie de le lire en

    lecture commune. C'est pour aussi ma part l'occasion de découvrir Fannie Flagg, l'auteure de cette

    histoire bien très plaisante. Ce roman est truffé d'humour et de belles réparties, le sujet est pourtant

    tragique mais finalement nous partons aux États-Unis suivre les aventures d'une bande de copines hors

    du commun. Des personnages hauts en couleur, une histoire d'amitié profonde. Ce roman aurait pu

    s'intituler « Quand le destin s'en mêle ! » Tellement les situations imprévues pleuvent dans la vie de nos

    héroïnes. En effet, Maggie qui a décidé de se suicider à une date bien précise, elle n'est pourtant pas malade

    mais estime qu'à 60 ans elle a vécue le meilleur de sa vie. Elle a beau avoir tout organisé dans les moindres

    détails, cette échéance est sans cesse repoussée. Parviendra-t-elle à arriver à ses fins ? Ou bien changera-t-elle

    d'avis ? Du courage elle en a, mais il y a toujours des choses qui se produisent remettant tout en question.

    L'auteure fait des flash-backs, ce qui nous permet de découvrir l'existence de cette filles à

    différentes étapes de leur parcours. Des personnages attachants, au fil des pages nous nous demandons sans

    cesse quelle sera la prochaine catastrophe qui va tomber sur la tête de nos protagonistes. Un roman qui met

    du baume au cœur, que l'on lit sans réfléchir et qui donne le sourire.

    Fannie Flagg a un sens de l'humour incontestable et nous assaillent de réparties particulièrement bien

    trouvées.

     J'ai passé un très agréable moment de lecture et de détente, je serais très curieuse de lire ses autres oeuvres.

     

     Extraits et citations :

     « Sans être très satisfaite de sa forme, Maggie conclue que son message était quand même clair. « Je m'en

    vais. J'ai mes raisons. Ne me recherchez pas. »

     

    « Le jour dit -  à savoir, maintenant, le 3 novembre -, elle se rendrait sur les rives de la Warrior, monterait à

    bord d'un canot pneumatique, ramerait jusqu'au milieu où l'eau était aussi calme que profonde. Puis, avant

    de sauter, elle s'accrocherait un poids de cinq kilos autour des chevilles, et autant autour des poignets. »

     

    « – Non, les fleurs suffiront, merci.

    – Entendu. Qu'est-ce qu'on met, sur la petite carte ?

    – La petite carte ?

    Maggie était prise au dépourvu ; elle n'avait pas pensé à ça.

    – Euh… Eh bien… « Je vous aimerai toujours », signer « Margaret », par exemple. »

     

    « – Ecoute, Brenda, ne dis pas de choses pareilles. Il y a tellement de gens qui t'aiment et  à qui tu

    manqueras terriblement. Ce n'est pas comme moi, je n'ai pas la chance d'être aussi bien entourée. »

     

    « Incroyable, le plaisir qu'on a à ne plus se soucier de l'avenir. Enfin, quand même, à la veille de son dernier

    départ, elle était en pleine forme !

    Ah là là. »

     

    « – Vous n'êtes pas malades, d'écrire des choses pareilles ? Vous êtes tombés sur la tête, ou quoi ? J'ai bien

    envie de téléphoner à la police, moi ! »

     

    « – Je t'avais dit qu'elle avait l'air soûle. Un sacré coup dans l'aile, même. Elle croit qu'elle est allée au

    cinéma avec Babs Bingingtone. »

     

    @Fannie FLAGG

                              Miss Alabama de Fanny Flagg (LC avec Marie)


    2 commentaires
  •  

    Les morsures  du passé de Lisa Gardner

    Catégorie : Thriller psychologique

     

    Les morsures  du passé de Lisa Gardner

    Résumé :

     

    Dans la pièce, cinq corps. Ceux des membres d'une même famille. Une balle dans la tête, le père respire encore

    faiblement. De toute évidence, cet homme couvert de dettes a décidé d'assassiner les siens avant de se donner

    la mort. Appelée sur les lieux, l'enquêtrice D. D. Warren comprend immédiatement que l'affaire est plus

    compliquée qu'il n'y paraît : sur la table du dîner, six couverts avaient été dressés...

     

    Les morsures  du passé de Lisa Gardner

     

    Ce n'est pas le premier roman que je lis de Lisa Gardner mais une fois encore elle nous transporte dans un

    thriller psychologique très prenant. Nous retrouvons l'enquêtrice D.D Warren pour élucider une affaire

    bien plus compliquée qu'il n'y paraît. Au début de l'intrigue,  il s'agit d'une famille composée de cinq

    membres, tout porte à croire que le père a tué sa famille pour se donner la mort ensuite…

    L'auteure nous entraîne dans un univers sombre, et plus précisément dans un institut psychiatrique

    spécialisé pour les enfants. Au fil des pages,  nous alternons entre des épisodes du passé et du présent.

    Danielle est en effet la seule survivante de ce massacre survenu il y a bien longtemps maintenant.

    Cela va nous permettre d'en savoir davantage sur ce personnage clé  et nous faire progresser dans 

     l'évolution de l'enquête jusqu'à maintenant. C'est une façon très habile de nous impliquer dans le récit.

    Certaines révélations vont voir le jour, mais  ne seront-elles pas destinées à brouiller les pistes ? D.D Warren

     va orienter ses recherches dans ce fameux institut. Des  protagonistes inquiétants, frôlant bien souvent

    la folie… Les suspects ne vont pas manquer à l'appel, et les mobiles non plus. Comment démêler le faux du

    vrai ? Difficile d'y voir clair lorsque nous avons affaire à des illuminés, des menteurs,  des psychotiques.

    Une intrigue très bien menée, un suspense totalement présent  beaucoup d'incertitudes.  D'autres meurtres

     vont être perpétrés, mais ont-ils un quelconque rapport entre eux ? C'est le travail de D.D Warren qui

    finira par découvrir la vérité. Tout au long du récit, nous comptons les morts, la police doit mettre  tout en

    œuvre pour arrêter ce massacre et surtout mettre l'auteur de ces crimes hors d'état de nuire. Qui est

    le meurtrier ? Un enfant ? Un adulte dévoré par la vengeance ? Les questions n'arrêtent pas de fusée, mais

    les réponses trouveront-elles enfin le jour ? Et si tout cela avait un rapport avec le passé ?

    Une lecture additive que je n'ai pas eue envie de lâcher sans connaître le dénouement final.

    J'aime beaucoup les romans de Lisa Gardner qui sait tenir ses lecteurs en haleine. Un livre qui  ne peut

    laisser indifférent.

     

    Extraits et citations :

     « Réfléchissez un peu à la psychologie des familicides : pourquoi tuent-ils ? »

     

    « En guise de suspects, elle avait le choix entre un père de famille d'une cinquantaine d'années et son fils

    psychotique de neuf ans. Le père avait davantage la carrure physique. Le fils d'avantages le profil

    psychologique. »

     

    « Il se passe quelque chose de terrible. Quelqu'un s'en prend à nos enfants. Il faut que tu parles. Comment

    tu connaissais Evan ? »

     

    « Je  fait vivre avec plus de lumière dans mon cœur. Je vais continuer mon travail auprès d'enfants en

    difficulté. Et je vais tomber amoureuse d'un homme vraiment bien.

    Je suis la seule survivante, et voilà ce que j'avais pour mission de raconter. »

     

    @Lisa gardner

                                        Les morsures  du passé de Lisa Gardner


    2 commentaires
  •  

    Le temps de l'assassin de Michel Bussi  (LC avec Marie)

     Catégorie : Policier/Thriller

     

    Le temps de l'assassin de Michel Bussi  (LC avec Marie)

    Résumé :

     

    Eté 1989

    La Corse, presqu'île de la Revellata, entre mer et montagne.

    Une route en corniche, un ravin de vingt mètres, une voiture qui roule trop vite... et bascule dans le vide.

    Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère sont morts sous ses yeux.

     

    Eté 2016

    Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l'accident, avec son mari et sa fille ado, en vacances,

    pour exorciser le passé.

     

    A l'endroit même où elle a passé son dernier été avec ses parents, elle reçoit une lettre.

    Une lettre signée de sa mère.

    Vivante ?

     

    Le temps de l'assassin de Michel Bussi  (LC avec Marie)

     

    Roman que nous avons choisi Marie Dit Khanel et moi-même pour une lecture commune. C'est le cinquième

    livre que je découvre de Michel Bussi, une lecture que j'ai appréciée mais qui ne m'a pas transcendée

    comme « Maman A Tort ou bien encore Nymphéas Noirs ».

    L' histoire se déroule en Corse, dans une famille où règne cette mentalité particulière, vengeance, vendetta,

    milieu mafieux. Nous avons affaire à un accident dont Clotilde est la seule survivante, le reste de sa famille

    son frère, son père et sa mère meurt sur le coup. Cette dernière est une miraculée !

    L'auteur met en place une bonne intrigue, nous aurons des chapitres en alternance, 1989 année du drame et

    2016 lorsque Clotilde revient sur les lieux de son passé pour essayer de comprendre. Ce principe de flash-back

    est très intéressant. Un secret bien gardé va être révélé à notre héroïne, manipulation ? Mauvaise blague ?

    Toujours est-il que cette nouvelle va la bouleverser et remettre toutes ses certitudes en question. Les langues

    se délient et de nombreux suspects potentiels font leur apparition. Et si cet accident n'en était pas vraiment

    un ? Au fil des pages, le rythme s'accélère nous apprenons des faits nouveaux sur ce qu'il y a pu se passer il y

    a 27 ans. Difficile  de démêler le vrai du faux... Des phénomènes étranges apparaissent, des témoins ou

    personnages gênants disparaissent…

    Clotilde doit être extrêmement prudente, à vouloir à tout prix connaître la vérité ne risque-t-il pas de se

    produire d'autres tragédies  ? Plus nous progressons dans le récit, l'auteur nous déstabilise. 

    Qu'a-t-il bien pu se passer ce fameux soir du 23 août 1989 ?

    Le suspense est on ne peut plus présent, la pression monte et un compte à rebours infernal se met en marche.

    Clotilde et les siens connaîtront-ils un jour la vérité ? Quel en sera le prix à payer ?

    Michel Bussi nous offre un final tambour battant.

    En conclusion, je dirais que j'ai bien aimé ce roman même si ce n'est pas mon préférée.  Sur les cinq livres

    de cet auteur, il arrive pour moi en troisième position.

     

    Extraits des citations :

    « Paupières fermées. Ailleurs pour l'éternité.

    Un, deux, trois. Rideau ! »

     

    « Faut vivre, mademoiselle, avait dit un jeune flic en posant une couverture de survie argentée sur son dos.

    Faut vivre pour eux. Pour ne pas les oublier. »

     

    «Vingt-sept ans que tu attends la vérité, Clotilde, avait-il dit avant de raccrocher. Tu peux bien attendre

    encore quelques heures supplémentaires. »

     

    « 21 h 02. Le fantôme se tenait à environ cent mètres de la maison,sur le sentier des douaniers. Immobile.

    21 h 02… Le 23 août 1989. »

     

    « Clotilde reprit espoir.

    – S'il vous plaît. Qu'est-ce que cela veut dire ?

    La femme la regarda comme si c'était une évidence.

    – Elle vit. Elle vit toujours. »

     

    « Au fond, on ne meurt pas, on devient aveugle. On comprend que c'est terminé lorsque toutes les merveilles

    autour de nous s'éteignent. »

     

    @Michel Bussi

                                        Le temps de l'assassin de Michel Bussi  (LC avec Marie)

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    Le reste de leur vie de Jean-Paul Didierlaurent   LC avec Marie

    Catégorie : Littérature française

     

    Le reste de leur vie de Jean-Paul Didierlaurent   LC avec Marie

    Résumé :

     

    Comment, au fil de hasards qui n'en sont pas, Ambroise, le thanatopracteur amoureux des vivants et sa

    grand-mère Beth vont rencontrer la jolie Manelle et le vieux Samuel, et s'embarquer pour un joyeux road trip

    en corbillard, à la recherche d'un improbable dénouement ?Un conte moderne régénérant, ode à la vie et à

    l'amour des autres. Tout lecteur fermera heureux, ému et réparé, ce deuxième roman qui confirme le talent de

    Jean-PaulDidierlaurent."

     

    Le reste de leur vie de Jean-Paul Didierlaurent   LC avec Marie

     

    Ce roman est à la fois très original, vraiment intéressant, la première chose que j'ai envie de dire : « La vie

    ne tient qu'à un fil… Et nous ne rencontrons jamais quelqu'un par hasard. »

    Dans un premier temps, cette lecture m'a paru étrange car nous avions d'un côté un chapitre concernant

    Ambroise le thanatopractore et nous passons au chapitre suivant à Manelle, auxiliaire de vie pour les

    personnes âgées. Lui prend soin des morts, quant à elle elle s'occupe de son mieux des vivants qui sont

    assez proche de la fin du voyage… Au fil des pages, je me suis demandé où l'auteur voulait nous amener ?

    Je suis restée assez sceptique… J'imaginais une probable rencontre entre ces deux êtres aux univers bien

    différents… Puis, l'histoire s'accélère, l'auteur nous trimbale de surprise en surprise que je n'avais pas

    du tout vu venir. Un sujet grave est abordé,  des liens se nouent pour le meilleur ou pour le pire ? Alors

    que l'on  pense enfin comprendre  dans quelle direction Jean-Paul Didierlaurent nous embarque, il va y avoir

    des revirements de situations, les personnages vont devenir de plus en plus attachants. Unis dans la détresse

    comme dans la joie, nous apprenons à les connaître vraiment. Nos quatre protagonistes vont vivre 

    un voyage hors du commun qui m'a fait largement frissonner et pourtant… L'erreur est humaine donc

    non seulement l'espoir renaît, mais la joie de vivre n'a jamais été aussi belle. Un roman qui m'a dérouté

    dans un premier temps, qui m'a touché, qui m'a fait sourire aussi. Ces quatre héros apportent chacun un

    plus à ce récit aux multiples rebondissements. L'auteur nous a gâté car il nous a concocté un livre truffé

    de changements de caps à des moments où  on ne s'y attend pas.

    En effet, la vie à une date d'expiration et quoi que l'on fasse ou que l'on pense, un petit rien peut chavirer

    totalement l'existence d'un être humain.

    À part un début où je ne savais pas trop sur quel pied danser,  ce roman a changé de rythme et a même suscité

    des  instants plutôt gais, où j'ai eu parfois l'impression de suivre une bande de joyeux lurons, alors que 

    croyez-moi le sujet est on ne peut plus sérieux et rien ne laisser croire que ce serait une éventualité possible...

    En conclusion,  j'ai passé un agréable moment et mon jugement a été revu à la hausse.

     

    Extrait et citations :

     « Mais Manelle emmerdait le règlement et personne ne pourrait jamais empêcher d'embrasser tous les

    Samuel Dinsky de la terre sous prétexte que de tels témoignages d'affection été formellement proscrit par la

    bible des aides à domicile. »

     

    « Le coup de grâce avait été porté un peu plus tard lorsque, après ce stage à l'hôpital, le jeune homme

    annonçait à ses parents un soir de décembre ne pas supporter la souffrance des vivants mais considérer en

    en revanche des plus nobles, le travail consistant à prendre soin du corps des défunts. « Embaumeur ! » avait

    cracher son père, hors de lui. »

     

    « La vieille femme  prenait rendez-vous avec son thanatologue comme elle le faisait avec son cardiologue, 

    son  ophtalmologue, son pédicure ou son dentiste. « Pour la visite de contrôle », avait-elle ajouté, espiègle. »

     

    « Avec le temps, il lui semblait de plus en plus difficile de s'échapper de cette vie dans laquelle elle

    s'enfermait. Entrée en solitude commandement dans les ordres. »

     

     « – Moi je vais vous dire pourquoi vous l'avez pris, ce pilulier, Samuel Dinsky : parce que quelque chose

    au fond de vous continue d'y croire. Quelque chose qui dit que malgré la douleur, des journées comme

    celle d'aujourd'hui valent peut-être encore la peine d'être vécues. »

     

    « Un nouveau-né de quatre-vingt-deux-ans, Beth n'aurait pu mieux dire. »

     

    @Jean-Paul Didierlaurent

                                         Le reste de leur vie de Jean-Paul Didierlaurent   LC avec Marie

     


    6 commentaires
  •  

    La part des flammes de Gaëlle Nohant

     

    Catégorie : Roman historique

     

    La part des flammes de Gaëlle Nohant

    Résumé :

     

    Mai 1897. Pendant trois jours, le Tout-Paris se presse rue Jean-Goujon à la plus mondaine des ventes de

    charité. Les regards convergent vers le comptoir n° 4, tenu par la charismatique duchesse d’Alençon.

     

    Au mépris du qu’en-dira-t-on, la princesse de Bavière a accordé le privilège de l’assister à Violaine de Raezal,

    ravissante veuve à la réputation sulfureuse, et à Constance d’Estingel, qui vient de rompre brutalement ses

    fiançailles.

     

    Dans un monde d’une politesse exquise qui vous assassine sur l’autel des convenances, la bonté de Sophie

    d’Alençon leur permettra-t-elle d’échapper au scandale ? Mues par un même désir de rédemption, ces trois

    rebelles verront leurs destins scellés lors de l’incendie du Bazar de la Charité.

     

    Enlèvement, duel, dévotion, La Part des flammes nous plonge dans le Paris de la fin du XIXe au cœur d’une

    histoire follement romanesque qui allie avec subtilité émotion et gravité.

     

    La part des flammes de Gaëlle Nohant

     

    Nous avons choisi avec Marie ce roman comme lecture commune ce mois-ci. J'avoue qu'au départ j'étais

    un peu sceptique car ce n'est pas le genre de livre que je possède en grand nombre habituellement dans 

    ma PAL. Cependant j'ai voulu plonger dans ce roman afin de trancher, soit resté sur mon opinion où avoir

    un meilleur avis. Je dois dire que ce récit m'a appris énormément de choses. Gaëlle Nohant nous amène

    dans l'univers du XIXe siècle. Elle y aborde différents problèmes qui peuvent être posés, par exemple les

    différences de classes sociales comme par exemple les Marquises, les comtesses, et les gens du peuple.

    Chaque année de nombreuses personnalités sont conviés à une vente très prisée « au Bazar de charité »

    il est difficile d'y avoir sa place. Un incendie effroyable va tuer et blesser gravement énormément de gens.

    L'auteure nous montre bien que face un tel drame les inégalités sociales s'effacent et un esprit de solidarité

    formidable se met en place. Nous allons assister à des rencontres qui  auraient été fortement improbables

    en temps normal. Gaëlle Nohant  nous parle également des maladies qui sévissaient à cette époque, les

     solutions étaient précaires. Immergée dans ce récit j'ai été stupéfaite de voir avec quelle facilité on

    internait les gens en hôpital psychiatrique, suite aux séquelles persistants face a cette catastrophe  sans

    précédent. J'assiste également au déroulement d'un duel, quelles raisons poussaient ces hommes à ce

    battre à mort ? Honneur ? Vengeance ? Une œuvre très intéressante, instructive sur de nombreux points.

    La plume de l'auteure est fluide et agréable avec cependant un rythme où les événements s'enchaînent

    parfaitement.

    Seul petit bémol, le nombre de personnages importants à retenir. J'ai ressenti beaucoup d'empathie pour

    Violaine et constance, qui désormais seront unies par un lien particulier.

    C'est pour toutes ces raisons que j'ai appréciées ce roman riche en rebondissements.

     

     Extraits et citations :

    « – Ecoutez, laissez-moi faire mon métier, d'accord ? Cet incendie est une catastrophe sans précédent, allez

    savoir combien de morts trouvés dans ce tas ! Et les blessés, vous avez vu ces femmes ? »

     

    « Elle ferma les yeux, pensa à leur première entrevue dans le sanatorium des pauvres, à ces mots qu'elle

    l'avait entendue murmurer au jeune tuberculeux :

    Dans ce monde, il n'est pas de bonheur possible. »

     

    « – Tuer, tuer… Tout de suite les grands mots, s'irrita Léonce du fond de sa bergère. Personne ne va mourir,

    voyons ! Des duels ont lieu constamment dans cette ville, allez-vous me faire croire qu'on n'y meurt à chaque

    fois ? »

     

    « – Pour sortir votre amie Constance de sa prison à elle, plus redoutable et définitive… Je pense…, dit-elle

    d'une voix douce, que  nous n'aurons pas d'autre choix que de l'enlever.

    – L'enlever ? Êtes-vous sérieuse ? »

     

    « C'est maisons de fous altéreraient la raison de n'importe qui… Et c'est pourquoi nous avons résolu, une

    de mes amies et moi, d'organiser son enlèvement. »

     

    @Gaëlle Nohant

                                         La part des flammes de Gaëlle Nohant

     

     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique