• Les enfants de Gayant de Emmanuel Prost

     

    Les enfants de Gayant de Emmanuel Prost

    Catégorie : Roman de terroir

     

    Les enfants de Gayant de Emmanuel Prost

    Résumé :

     

    La Grande Guerre terminée, Hélène, infirmière au Val-de-Grâce, se rend au chevet de sa mère, qui lui confie

    dans un dernier soupir qu'elle n'est pas sa vraie génitrice. Son père, Joseph, lui relate alors l'aventure de sa

    naissance, d'une mère internée dans un asile et morte dans un incendie. Embauchée à l'hôpital de Douai,

    Hélène fait la rencontre de Stéphane Lacasse, un copain d'enfance, mineur et tout juste de retour du front : le

    coup de foudre est réciproque. Lors d'une réunion pour la reconstruction des géants de Douai, les Gayant,

    Hélène, accompagnée de Stéphane, effraie un homme, Auguste Bellecourt, généreux donateur, qui croit voir

    en la jeune femme une revenante. Piquée au vif après ces deux aventures troublantes, Hélène décide de mener

    l'enquête…

     

    Les enfants de Gayant de Emmanuel Prost

     

    Je remercie les Éditions De Borée de m'avoir permis de découvrir ce roman très intéressant. J'avais lu

    précédemment « Été 48 » d'Emmanuel Prost qui avait été un très beau coup de cœur. L'auteur nous

     ramène une nouvelle fois dans le Pas-de-Calais. La Grande guerre est sur le point de se terminer, dans

    un premier temps nous sommes plongés alternativement d'un chapitre à l'autre entre les soldats engagés

    dans cette guerre épouvantable et l'histoire d'Hélène, une jeune infirmière travaillant à l'hôpital du

    Val-de-Grâce au service des « Gueules cassées ». C'est ainsi que l'on appelait les grands blessés totalement

    défigurés. La paix sonne enfin le glas, commence alors une longue période de reconstruction. Comment

    se remettre psychologiquement d'une telle épreuve ? Les dégâts dans les villes sont incommensurables,

    tout reste à rebâtir, les rescapés progressivement redescendent à la mine. C'est leur quotidien, le travail pour

    lequel ils sont faits. D'autre part, Hélène va revenir près des siens et essayer de retrouver un certain

    équilibre. Emmanuel Prost, nous décrit l'histoire d'une saga familiale sur plusieurs générations. Au fil des

    pages, des secrets dévastateurs sont dévoilés… L'univers de certaines personnes vont totalement basculer.

    Mensonges, manipulations, trahisons… Dans quel but ? Parallèlement à ces révélations lourdes de

    conséquences, la population va devoir faire face a une pandémie : la grippe espagnole mais aussi la

    tuberculose… Dans cette ambiance pesante nos protagonistes vont cheminer vers leur destin, mais comment

    peut-on avancer quand l'on ne sait plus qui l'on est vraiment ? C'est ce que Hélène va tenter de faire malgré

    une réalité qui l'accable. Elle va retrouver un ami d'enfance Stéphane, avec qui elle va vivre sa vie.

    Arrivera-t-elle à comprendre et à pardonner ? Certains membres de cette grande famille bourgeoise, voyant

    la mort approcher, ont besoin de soulager leur conscience. Pour le meilleur ? Ou pour le pire ?

    C'est dans cette atmosphère particulière que l'auteur nous fait progresser aux côtés de nombreux 

    personnages. Nous suivons le parcours de ces derniers sur plusieurs générations. Il est question 

    également d'une sorte de rituel des enfants de Gayant. Une très belle région où règne une

    certaine fraternité et solidarité. L'auteur nous fait connaître plus particulièrement la ville de Douai.

    Une saga familiale riche en rebondissements et en surprises. Une œuvre intéressante, des héros du quotidien

    attachants.

    J'ai passé un bon moment de lecture immergée dans cet univers nordiste. Cependant je n'ai pas ressenti

    de coup de cœur comme pour « Eté 48 ». J'aime beaucoup plonger au cœur de ce département qui détient

    un charme certain. De très belles descriptions faites avec habileté et précisions.

    Je conseille cette lecture à tous ceux qui souhaitent voyager en tournant les pages de ce roman. Nous sentons

    tout l'amour que l'auteur porte à ce coin de France.

     

     Extraits de et citations :

     « N'oublie jamais ça, Bénédicte, notre regard et le premier miroir de leur reconnaissance, de leur assurance

    qu'ils ont toujours leur place dans notre société. On ne doit jamais céder ni à la répulsion ni à la pitié. »

     

    « Le plus terrible accident d'Armelle Bellecourt n'avait-il pas été d'être née au sein de cette famille ? D'avoir

    pour père cet homme monstrueusement ambitieux au point de la faire interner pour une simple question

    de réputation ? »

     

    « On leur avait quelque peu volé leur jeunesse et ils étaient bien décidés à vivre aujourd'hui avec la fougue

    et l'insouciance de leurs vingt-quatre ans – ce qui se matérialisa immédiatement par la commande

    déraisonnable d'une troisième tournée. »

     

    « Mais… était-elle vraiment morte ? Vingt-quatre ans ! Un âge qui pourrait bien être celui de la jeune

    femme croisée il y a quelques jours chez les porteurs de Gayant  ! »

     

    « Même si elle était née sous un autre nom, il fallait reconnaître qu'elle avait bien fait de garder celui-ci.

    Il lui allait si bien… »

     

     

    @Emmanuel Prost

                                        Les enfants de Gayant de Emmanuel Prost


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :