• Love letters to the dead de Ava Dellaira (Challenge contre l'homophobie)

     

    Love letters to the dead de Ava Dellaira (Challenge contre l'homophobie)

     

    Catégorie : Littérature jeunesse

     

    Love letters to the dead de Ava Dellaira (Challenge contre l'homophobie)

    Résumé :

    Tout a commencé par une lettre. Une simple rédaction demandée par un prof : écrire à un disparu. Laurel a

    choisi Kurt Cobain, parce que sa grande sœur May l’adorait. Et qu’il est mort jeune, comme May. Si elle ne

    rend jamais son devoir, très vite, le carnet de Laurel se remplit de lettres à Amy Winehouse, Heath Ledger…

    À ces confidents inattendus, elle raconte sa première année de lycée, sa famille décomposée, ses nouveaux

    amis, son premier amour. Mais avant d’écrire à la seule disparue qui lui tient vraiment à cœur, Laurel devra

    se confronter au secret qui la tourmente, et faire face à ce qui s’est vraiment passé la nuit où May est décédée.

     

    Love letters to the dead de Ava Dellaira (Challenge contre l'homophobie)

     

     Ayant lu de nombreuses critiques sur cet ouvrage aussi bien positives que négatives, j'ai voulu par

    moi-même  me faire mon opinion. D'autre part, je les choisis dans le cadre du challenge contre l'homophobie.

    Je suis pourtant une grande adepte de la littérature jeunesse mais pour ce livre la magie n'a pas opéré.

    Cependant, l'histoire en elle-même était intéressante et abordait plusieurs sujets délicats. Le deuil, la

    séparation de parents, l'homosexualité…

    La manière de présenter ce récit en fait toute son originalité et ce n'est pas cela qui m'a dérangé. En effet,

    une professeure demande à ses élèves de faire une lettre à une personne disparue. Laurel  décide d'aller

    plus loin et  décrire à un certain nombre de  vedettes décédées. Par ce procédé, elle va nous raconter sa

     vie.  Le style de l'auteure est fluide et agréable, ce récit se lit facilement. Mon  souci principal

    a été que je n'ai pas réussi à éprouver la moindre émotion par rapport aux personnages. Pourtant nous

    découvrons  sur les pages noircies par Laurel, des confessions difficiles et touchantes.

    Laurel me paraît bien fade, presque transparente ne vivant qu'à travers sa sœur disparue. Quant aux amis

    de notre héroïne, ils ne dégagent rien  qui suscite le moindre intérêt. Si ce n'est Nathalie qui a un caractère

    un peu plus affirmé. Les autres restent fades et insipides....

    Laurel détient certainement un lourd secret qui l'empêche d'avancer, arrivera-t-elle à se confier sans

    risquer de perdre l'amour de sa famille ou bien l'amitié de ses amis ? Il est bien évident que tout au long

    du roman nous avons la sensation qu'elle est écrasée par le poids d'une  culpabilité. Quel est le mal

    qui la ronge ? Malgré que l'intrique et le procédé soit très original,  l'auteure nous raconte une belle

    histoire mais pour mon compte cela n'a pas suffit… Il manquait ce petit quelque chose qui  fait naître en

    nous de l'empathie, de l'émotion etc...

    Mon impression est mitigée, un roman hors normes, bien ficelé mais un manque d'intérêt manifeste pour

    l'ensemble des protagonistes a fait que le côté pourtant émouvant présent ne m'a pas atteint une seule

    seconde.

     Je pense que cette oeuvre  comporte du bon et du moins bon, de ce fait les avis peuvent être très

    contradictoires.

     

    Extraits et citations :

     « – Je crois que perdre quelque chose qui nous est cher, c'est comme se perdre soi-même. »

     

    « Mais la vie, c'est autre chose. On ne peut jamais être sûr du résultat, même si on fait tout comme il faut.

    La vie, elle vous joue des tours. »

     

    « J'ai été condamnée à rester de l'autre côté d'une vitre trop épaisse pour pouvoir la traverser. »

     

    « Et même sans aller jusque-là, une relation comme la leur  les situe à part dans l'esprit de certains. »

     

    « La vérité, c'est que je ne sais pas comment pardonner à ma sœur. Je ne sais pas comment lui pardonner

    parce que je ne mérite pas de lui en vouloir. Et j'ai peur, si je lui en veux, de la perdre pour toujours. »

     

    « Nathalie et Hannah étaient magnifiques toutes les deux, et la constellation qu'elles formaient aussi. »

     

    « Je sais bien que vous êtes morts. Mais je vous entends. Tous, je vous entends : « nous avons eu une vie.

    Une vie qui a compté. »

     

    @Ava Dellaira

    Love letters to the dead de Ava Dellaira (Challenge contre l'homophobie)

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :