• Sansonnets un cygnes à l'envers de Pierre THIRY

     

     

    Sansonnets un cygnes à l'envers de Pierre THIRY

     

    Catégorie : Poésies

    Sansonnets un cygnes à l'envers de Pierre THIRY

    Résumé :

    Les cent sonnets sont des sourires qui te sont adressés. Il ont été inventés lorsque 

    j'avais du temps : à l'arrêt d'autobus, sur le quai de la SNCF, dans un train, sur une

    terrasse de café, dans une salle d'attente, sur un coin de table durant un repas 

    ennuyeux, dans un bureau, dans un magasin de chaussures, en discutant avec ma

    coiffeuse, en attendant un dessert au restaurant, en marchant en forêt, en essayant

    une nouvelle chemise, en lisant un livre, en marchant sous la plus, en savourant un

    concert, en rêvant devant un arbre, en écoutant converser les sansonnets au-dessus

    de l'étang des cygnes... Où mènent-ils ? Vers la recette de ... De quoi ? Ouvres,

    explore, et tu verras.

     

    Sansonnets un cygnes à l'envers de Pierre THIRY

     

    Avant d'ouvrir ce recueil de poésie, je ne connaissais pas du tout l'auteur Pierre THIRY.

    J'ai découvert avec grand plaisir, ces cent sansonnets. Il a une manière de jouer avec

    les mots, de faire de merveilleux jeux de mots en y mêlant beaucoup d'humour. En lisant

    ces différents poèmes, j'ai pensais, même si ce n'est pas réellement comparable à

    "Grand Corps Malade", qui lui fait du slam, mais on y retrouve quelques similitudes.

    Parmi les cents sonnets, ils y en a qui sont plus évocateurs que d'autres. Je pense

    que cela raisonne en nous de manière différente, en fonction de notre vécu, de notre

    sensibilité, de notre sens de l'humour. Dans tous les cas, j'ai découvert que Pierre Thiry

    avait beaucoup de talent pour faire chanter les mots, un réel plaisir à lire et à se laisser

    bercer, et emporter par la richesse de ces textes, très habillement construits. Cela

    me donne envie de connaître mieux cet auteur, aussi je vais me mettre en quête de lire

    ses autres oeuvres.

     

    Poème préféré :

    Le Bistrot de Bertillon Poldu

     

    Le petit Monsieur Bertillon Poldu

    Tenait un bistro à Honolulu.

    Dans cette Ile, un bar c'est chic et cossu.

    Mais un type, un balaize hurluberlu....

     

    Venait tous les soirs hurlant l'air grognon :

    "YÉ VOUDRAI OUNA TEQUILA SINON"

    Bertillon Poldu, redoutant le gnons,

    Ne disait rien et versait son litron.

     

    A force d'abreuver le gros balaize

    Bertillon se r'trouva sans fric, sans pèze.

    Alors il déserta Honolulu,

     

    Vendant son bar à la douce Lulu...

    Revient lurluberlu à l'air grognon

    "YÉ VOUDRAI OUNA TEQUILA SINON !!!"

     

    "Sinon quoi ?" susurre la douce Lulu.

    "Sinon yé fou'l'camp et yé revient plus !!!"

     

     

    Comment résister à une pépite pareille !

    Même quelqu'un qui va mal retrouve le sourire !

     

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 24 Août 2015 à 14:56

    bonjour, ce fut une jolie découverte pour moi

    2
    Mardi 1er Septembre 2015 à 21:46

    ta chronique est superbe , juste comme il faut , tu as traduit ce que tu as ressenti et bien c'est juste comme çà que tu dois faire pour les autres

    3
    Mercredi 2 Septembre 2015 à 04:28

    Merci, surtout que c'est la première fois que je m'attaque à te la poésie, même si j'en écris je n'y connais pas grand chose !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :