• Une image - Un texte

     

     

    Une image - Un texte

     

     

     

    Mon texte

     

    Qui es-tu ?

     

             Très souvent dans mes rêves, une image m’apparaît, toujours la même, nuit après nuit.... Je ne m’en

    lasse pas, je n’ai pas peur.

     

                Je me concentre sur tous les détails que représente cette vision. Un si beau visage coincé entre ciel et

    mer, qui m’inspire la pureté, la beauté, la confiance… Ses yeux sont d’un bleu étincellent et magnifique. Je

    suis à deux doigts de m’y perdre dedans.

     

                Poussée par la curiosité, j’engage alors une conversation :

    — Qui es-tu, si belle demoiselle, qui vient me rendre visite si souvent dans mes songes ?

    — Je suis toi, me dit-elle.

    — Aurais-je des hallucinations ? Par hasard !

    — Non, je suis le reflet de ton âme et de ton cœur, je te l’assure.

    — Comment est-ce possible ?

    — Je suis la personne que tu es, celle que tu aurais voulu être, et celle que tu deviendras.

    — La vraie, s’en ai aller le 19 décembre 2007, tu le sais bien.

    — Justement, c’est là où tu fais erreur, ce jour-là restera gravé pour toujours dans ta mémoire, parce

    que la vie t’a éprouvée, parce que la douleur ta gagnée, pour ne plus jamais te quittée. Cependant, tu as

    continué à rêver, tu as espéré, tout doucement tu t’es relevé et tu as avancé, sans jamais plier devant la

    bataille que tu devais livrer. Tu as renoué avec tes passions que tu croyais à jamais envolées, certes pour un

    temps, mais tu l’as fait avec bravoure et témérité.

    ­

    — Oui, mais une fois encore le destin s’est chargé à nouveau de m’enlever ce que j’aimais, mon oxygène, ma 

    liberté. Au début c’était compliqué, je ne cessais de me demander pourquoi toujours renoncer, capituler… Et

    puis j’ai fini par comprendre que cela faisait partit du passé… non sans difficultés… Peux-tu seulement

    l’imaginer ?

    — Eh bien, je peux t’assurer que ton ressenti, tes souvenirs sont bien rangés, dans un tiroir dont toi seule à

    la clé. Alors tu vois que tu es restée la même, dans ton cœur et dans tes pensées. Dorénavant, quand quelque

    chose n’ira pas, tu auras toujours le choix de venir te réfugier dans cet endroit secret, pour ouvrir ce coffret

    sacré.

    — Peux-tu me dire comment puis-je me débarrasser de cette révolte qui m’habite ? S’il te plait.

    — Elle est là, rappelle-toi qu’elle est ton moteur, elle te permet de lutter, de ne pas renoncer. Elle peut parfois

    te peser, tu aimerais bien t’en débarrasser, mais alors tu tomberais, tu démissionnerais.

    — Alors, si j’entends tes paroles, nous devons cohabiter ?

    — Oui, il n’y a pas d’autres alternatives, il te faut l’accepter.

    — Même si elle gronde, comme un éclair dans un ciel d’orage, même si elle m’étouffe parfois tellement elle

    envahit mon espace ?

    — Tu dois lui faire une place, mais juste ce qu’il faut, pas davantage ce serait trop.

    — A cet instant, je me sens soulager d’avoir pu partager ce qui est parfois si lourd à porter. Pourquoi fais-tu

    cela ?

    — Parce que je suis toi, celle que tu as été, celle que tu es, mais aussi celle que tu deviendras. Si j’avais un

    conseil à te donner, je te dirais, surtout ne lâche pas et crois en toi.

     

                Le matin même, réveillée, bon pied bon œil, j’ai pensé qu’il ne fallait pas oublier que la vie est belle,

    qu’il faut aller chercher le bonheur là où il est, ne pas s’encombrer de regrets, notre existence à une date

    d’expiration, ne l’oublions pas !

     

     

    Une image - Un texte

     

    A bientôt © Pat Pépette 

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :